Noble Realms

spirituality - physics - conspiracy - philosophy - wisdom - and more...

You are not logged in.

Announcement

Noble Realms Forum is now closed. It will remain online as a searchable archive of posts spanning 3/25/04 to 2/22/08. Members may still log in to use email functions, but there will be no further posting activity. Thank you to everyone who has contributed over the years. - Tom/montalk

#31 2006-08-24 17:35:28

treehugger
Member
Registered: 2006-02-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Understood. smile


In man's analysis and understanding of himself, it is as well to know from whence he came as whither he is going.   Edgar Cayce

Beliefs are tools for social conditioning, rather than expressions of inner realization or inner truth.   unknown
Ad Verecundiam

Offline

 

#32 2006-08-24 17:44:21

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

all right

What's next?

Offline

 

#33 2006-08-24 19:10:42

treehugger
Member
Registered: 2006-02-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Oh shit, now your asking me questions!  hehe  Go with whatever you feel like discussing. Im still trying to wade thru the links you've been giving!


In man's analysis and understanding of himself, it is as well to know from whence he came as whither he is going.   Edgar Cayce

Beliefs are tools for social conditioning, rather than expressions of inner realization or inner truth.   unknown
Ad Verecundiam

Offline

 

#34 2006-08-24 19:17:16

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Keep reading and I bet you'll soon have questions!

Right now I don't have anything to tell if nobody asks. I think if people don't have questions, it's because they didn't read the links I sent (or weren't interested to really understand these texts).

I suggest the ones by Nicolaas de Jong ("the Jasper initiative" ; "UFOs : the search for truth, reality and tools for their redemption") and Patrick Steensma.  The Jasper initiative is an introduction to the world of ethers and elementals form an upgraded goethean anthroposophic point of view. I read it the day before yesterday and fell in love with it.

Bye

Druid

Offline

 

#35 2006-08-27 20:53:38

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

I remember something else about the eighth sphere:

the moon did split from the earth in the Lemurian epochs. the moon is the representative of the ancient forces of the past planetary stage of Earth that is  called Old Moon, that is where we developed our astral-sentient body, that is also to be found in animals. This astrality of the Old Moon is something that taks us back in a past stage of consciousness. Demons get the upper hand upon us when we get entangled in astral remnants of ancient moon, carried byt the moon. This awakens atavistic clairvoyance.


Actually, it is Lucifer and Ahriman which took illegitimately substance of the Old Moon and mineralised it in order to fashion their own realm: the eighth sphere. This eight sphere is equal to the influence of the illicit remnants of the stage of Old Moon.

In order to limit and counteract this wrongful atavistic influence of the Old Moon, The lowest Elohim, the moon Elohim Yahve, made the sacrifice to unite himself with the moon and to mineralise it to an extreme degree. Thus the actual moon that is so hard and dense matter is an extreme mineralisation of the Old moon atavistic.

On earth, we need the direct sensations coming from perception of matter in order to develop an ego. We form knowledge through the confrontation of percepts and concepts, and vice versa. It is important that this knowledge is based on real experience, not on visions, dreams, hallucinations, remote viewing or so-called second sight, mediumnism, spiritism, in short atavistic visionary clairvoyance(take note that these experiences are akind to cineman experience: one lives in a cinematic phenomenological frame of mind, that is highly distorting the sense of truth and the ability to develop Imaginatory clairvoyance instead of atavistic cinematic clairvoyance, that is a symptom of pathology and demoninc influence/manipulation).

Yahve Elohim mineralized the earth. He is an earth god, an earth "spirit of form" (exusiai) and not only a moon god. He is thus managing our experienced life between birth and death. The six other Elohim are planetary spirits of form and manages our life between death and rebirth, because during this time we evolve from one planetary sphere to the other. 

Lucifer wants to lift the veil of mineralized matter made up by the seven elohim. If we were to see what is behind the veil of mineralized matter (with LSD for example), we would be astonished by how we are far from the goal of mankind and we would simpliy abandon the qust of perfection, we would only like to become angels, right here right now, without the necessary perfection. Lucifer wants to make us into imperfect and immature angels.

Lucifer is opposed by the whole seven Elohim (Yahve-Jehova and the other six solar elohim). The seven Elohim are responsible for putting this veil in front of our eyes in order to make us develop our own individuality, our own ego, and get knowledge from the free encounter with the world and others. without this mineral limitation we would never have had freedom. Knowledge gained from atavistic clairyovant sources in a counterforce to freedom, Knowldge gained through atavistic clairvoyance does not some from free encounter wioth the world, it is imposed on a regressed mind, a mind taken back into a past stage opf his evolution, like the astral sentient stage of animals. The atavictic clairvoyance is a parody of the ancient inspiration and imaginations that were once given by gods (during initiation) (todays alien abductions are parody of ancient chamanistic dismemberment and journey to the Underworld) but are now hijacked by demons in the service of Lucifer and Ahriman, masters of the eighth sphere.

Even if this is no proof, it is very important to consider this possibility and think about it, judging and evaluating all this in the light of experience and knowledge (that means also reevaluate the things we thought were true).

Morphues talked about this Matrix illusion being put in front of us between us and the outer real world bu the AI spiders taking food from our electrical energy.

Well, Steiner spoke about this, though slightly differently: Ahrimanic powers, beside making up the eight sphere (a realm of concretized ahrimanic luciferic illusions put in front and inside our brains by some sort of ahrimanic-luciferian alchemy) send a doppelganger into every child before birth. Beacuse the eog does not completely fills the body of the child, there is space for a parasitic being of an ahrimanic geographic nature. It lives in the electrical currents of our body, and we see its electrical activity in the eeg. It is also of an electromagnetic nature. Montauk technologies and modern harmonics using vibrations influence his being, and indirectly our own soul, through the fallen state of ourself (self-shadow), the electrical and magnetic phenomena inside and outside us. Ahrimanic beings and their Boss want to enslave us (for example through technology and AI) and take our planet as a breeding ground for their activity. Many science-fiction stories beside The Matrix (War of worlds, Star Wars and its death star) point to this horibble reality.

At first I thought science-fiction was only used by STS forces to manifst the future they want through manipulating our beliefs and technological fantasies and ever-growing desires. Now I see that certain artists, like the Wachovski bros. may have been a little bit influenced by anthroposophical stuff, but maybe indirectly or unconsciously. (Steiner - in the 1910-20's- and Emberson -in 1991-, and also others freely inteerpreting gnostic texts and devling into medimnism, which by the way, I regard with suspicion today: being an atavistic manifestation, thus intimately linked with the eighth sphere!).

Offline

 

#36 2006-08-30 00:55:35

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Hi,

I remember something the Cs said about reptilians using mathematics knowledge we can't even dream of.

According to Nicolaas de Jong, the tall reptilian beings aren't extraterrestrials, they are elementals from right here on earth. They come from the underworld, under the earth, and are akin to electrical and electromagnetic forces, which, like technology and mechanical forces, are called the Subnature forces. Ahriman (a fallen archangel from the rank of the Cherubim, god of Death and of mechanical intellectual forces) lives there, and his activity depends on the telluric forces of the different locations on earth. The American continent has the most ahrimanic quality of electromagnetism in its geomagnetic forces.

Think about underground bases and their specific locations: mostly in the south-West of USA.

Reptilians are the same as the double, or ahrimanic double, a parasitical entity living in our electrical and megnetic curent in our body, linked to our thinking, perticularly materialistic thinking. This parasite enters in us a short time before birth. It comes from the underworld and wants to invade the surface and enslave us. They are the inspirers of our technoscientific obsessions and the empire of the machine, electronic machines and AI.  Abstract knowledge, cold and sun-dry intellect is ahrimanic. Science worships figures and abstract knoweldge, it has taken a defenitely ahrimanic tendency.

Reptilians use mathematics to influence our reality, our perception of it, our unconscious self, our bio-chemical activity, electrical activity of the neves and electromagnetic waves sent by the brain.

Incidentally, the fallen ahrimanic parasite that lives with us as our double is of a chemical ether quality. Among ethers, Steiner differentiated: warmth-ether (over and behind fire or any manifestation of warmth), light ether (the sort of ether of the air and light passing through the air), chemical ether also called sound ether and number ether (the liquid, chemically critallising sort of ether), and finally life ether (the ether that densifies and hardens matter itself).

The chemical ether is linked to number because number is the principle of geometry and chemical substance forms itself according to patterns which coheres with a particular sound, a particular geometrical form, and thus a particular qualitative number (its quantitative aspect is its fallen aspect: electromagntism). Thus electromagnetism is a byproduct, the dead and fallen aspect of the activity of chemical ether.

Ahrimanic beings or the ahrimanic double are a particular sort of elemental linked to chemical ether or sound ether or number ether but through its fallen aspect that is magnetism. They can influence the chemical ether of our selves and body and in our environment through manipulating its fallen aspect, elctromagnetism. Montauk technologies and harmonics are only a hint of this ahrimanic activity in the chemical ethers through electromagnetism (thus in our brain waves, chemical and emotional balance, our thinking, our DNA, etc.). This relates to reptilian use of mathematics because chemical ether is also called sound or number ether. The worship of figures and quantity in our civilisation is inspired by Ahriman. It is also a come back of egyptian way of life: worhip the body (beauty and momifiaction), worship numbers, worship gods or a sun god (Akenathon - sun monotheist, was close to the individuality of Moise, lunar monotheist with a messianic sun hero), a Pharao King which decides of armies and politics and economy (the President is always right), freemasonry, etc. Good and fllen angels of egyptian epoch are back. Fallen angels mislead us into materialist philosophy and way of life, greed or into a subtle form of materialism that is the new quantum grail of UFT or channeling or new age or 'morphogenetic fields' (a field is grossly misleading to express the astral-ether because 'field' is a property of matter), etc.

what do you think?

Offline

 

#37 2006-10-17 04:50:59

montalk
forum-keeper-upper
Registered: 2004-03-25
Website

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Requoting from the Illuminati thread:

druid wrote:

...what I mean by Ahrimanic could be described as reptilian, but not in the restrictive sense of 'reptoid aliens' ; Ahriman is not from this world and he took the etheric form of the dragon because it did not existed in nature, it was a form that was truly 'alien' to earht's nature. but on the other hand, he's not coming from outer space, he was put in the underground of our planet, in subnature, Hades, like the Archons/Titans of gnostics/greek mythological imagery.

When you say that these forces are inside the earth or underground, are you talking strictly in a physical sense of being under the surface of the earth? Or is the term "underground" also metaphoric and referring to metaphysical / hyper-dimensional meanings? I know you talked about this somewhat in your other posts, but would appreciate further elaboration.

The idea I've been pondering recently is that the STS realm is located in negative fourth dimensional space, beneath us in a higher dimensional direction. Somewhat like the 3D space beneath a table is of higher dimension than the 2D surface of the table itself, yet located under it. Because if the Ahrimanic / Asuric forces, the inhabitants of Tartarus / Hades / Abyss, are "underground" in a higher dimensional sense (in addition to actual physical underground bases) then that would reconcile the idea that they are "underground" with the possibility that they also come from other star systems. What I mean is, they could be native to -4D / subnature / subspace  anywhere in the galaxy. 

See, if we interpret this strictly in a physical 3D sense, then they cannot originate from other planets at the same time as originating from underground, but as discussed previously it doesn't make sense that alien beings this ancient would be incapable of leaving our solar system, or traveling here from outside it. Their ability to do so does not exclude them being deceivers who bluff away other, perhaps more metaphysical, weaknesses. I think that a purely 3D interpretation would mean one has to choose between either them coming solely from inside the earth, or else from other planets in mechanical crafts like the "nuts 'n bolts" UFOlogists believe, neither of which I agree with entirely.

...what do you think? smile

Last edited by montalk (2006-10-17 05:00:02)


Acquiring fringe knowledge is like digging for diamonds in a mine field.

Offline

 

#38 2006-10-17 05:04:55

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

I saw your post right before going to bed, Montalk, sorry for not answering it right now... I hav to Way Cup early tomorrow morning. I will sleep on it and come back tomorrow with the results of my meditation!
Good knight!

Offline

 

#39 2006-10-17 21:45:33

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

druid wrote:

...what I mean by Ahrimanic could be described as reptilian, but not in the restrictive sense of 'reptoid aliens' ; Ahriman is not from this world and he took the etheric form of the dragon because it did not existed in nature, it was a form that was truly 'alien' to earht's nature. but on the other hand, he's not coming from outer space, he was put in the underground of our planet, in subnature, Hades, like the Archons/Titans of gnostics/greek mythological imagery.

First let me correct a mistake I made by saying that reptilian form is alien to our earth's nature. Actually, Steiner talked about the DRAGON from as being totally alien to the animal realm, and thus the only outer (etheric-astral) form that was left for Ahriman, the Dragon.

Second, according to gnostic, greek and roman mythology, the Archons/Titans were thrown away from the skies were they dwelt and were locked inside Tartarus/Hades/Underworld Hell. It is stinkingly unbearable to stay locked inside this sulfur-smelling burning underworld of the earth, so they always try to get out of the underworld, and thus invade the surface, especially our heads. Very important to remember. We are the battlefield between opposing SDS/SDA high and low spiritual beings. When they get out of the underworld, they become Princes of the Air, masters of the air element and mostly the upper air. Ufos instantly come to mind, and I think this association is valid. They often seem to come from the above atmosphere and come down upon the surface, but this is the reflection of the actual process by which they come from the underworld to the surface. This is mirrored.

They live in 4D in this underworld. This is not the earth itself, Gaia is a earth-chtonian godess and Ouranos a celestial-cosmic god, but Titans are from the underworld, Hell, ANTI-chton: the opposite, the inverted image of all that is on earth, nature, forms of life, soul, spirit, etc.  They appear in 3D when they condense too far. They can even get stuck in 3D, which is not what they really are looking for. Anti-chtonians are mirroring the angelic hierarchies of the cosmos, but in an inverted way. They are fallen. Each substratum layer of the underground of the earth is antichtonian, are cohere with the fallen aspect of planets, metals, and thus the angelic hierarchies corresponding to each of the planetary spheres of the outer cosmos.  The higher fallen hierarchies are near the center of the earth. The fallen elementals are closer to the surface. For example: a fallen Seraphim spreading hate and black magick is located in the very core of the earth. Christ made a Journey into Hell after his death on the Cross, but he didn't vanquish all the fallen hierarchies of the underworld, at least not yet. Each layer of the underworld (spiritual inner earth) is like a veil darkening our sight when we look inside the earth (this was called 'Seeing the Sun at Midnight' in chamanic Journey of ancient Mysteries of Darkness, or chamanism - I'm not implying here that chamanism is bad! It is a spiritual journey in the Underworld, period. Today chamanic practices are outdated and retarded, atavistic and retrogressive, but it's a subject I'll keep for another time). Kobolt and ufos are especially linked to the 'veils' or layers of the inner earth, each one of them cohering with planets, metals, and fallen spiritual hierarchies.


montalk wrote:

When you say that these forces are inside the earth or underground, are you talking strictly in a physical sense of being under the surface of the earth? Or is the term "underground" also metaphoric and referring to metaphysical / hyper-dimensional meanings? I know you talked about this somewhat in your other posts, but would appreciate further elaboration..

You must understand that I do not speak here of a big hole in Arctika or Antartika where nuts and bolts ufos come and go from the material underground to the surface. I don't buy this theory, too materialistic!

Ufos and aliens may have a connection to this or that star, but this is a red-herring on their part because EVERYTHING ON EARTH has its spiritual origins in the cosmic world of stars and planets. Humans have their own star, their ego. When this star is darkened by the sun, we are alive, but when the sun doesn't obliterate our star, our star calls us back and we cannot live anymore. Our star is the master of our destiny.

montalk wrote:

The idea I've been pondering recently is that the STS realm is located in negative fourth dimensional space, beneath us in a higher dimensional direction. Somewhat like the 3D space beneath a table is of higher dimension than the 2D surface of the table itself, yet located under it. Because if the Ahrimanic / Asuric forces, the inhabitants of Tartarus / Hades / Abyss, are "underground" in a higher dimensional sense (in addition to actual physical underground bases) then that would reconcile the idea that they are "underground" with the possibility that they also come from other star systems. What I mean is, they could be native to -4D / subnature / subspace  anywhere in the galaxy.
See, if we interpret this strictly in a physical 3D sense, then they cannot originate from other planets at the same time as originating from underground, but as discussed previously it doesn't make sense that alien beings this ancient would be incapable of leaving our solar system, or traveling here from outside it. Their ability to do so does not exclude them being deceivers who bluff away other, perhaps more metaphysical, weaknesses. I think that a purely 3D interpretation would mean one has to choose between either them coming solely from inside the earth, or else from other planets in mechanical crafts like the "nuts 'n bolts" UFOlogists believe, neither of which I agree with entirely.

You may have your own idea on this but I believe that the extraterrestrial hypothesis is a red-herring. A int that this could be a red-hering is that aliens pretend they come from this or that star or planet, and yet we believe them even though they LIE ALL THE TIME!!

They are linked to us, to our soul, and to the earth, but they don't want us to realize this, because then their plan for human domination would be in jeopardy. They pretend we gave them the permission to do these abuses to us, yet they are lying again. They pretend they are our creators, yet they are lying again, although I believe they had a certain role in our physical and spiritual evolution (our emanation from the apes, said Nicolaas de Jong). Every spiritual and soul force in the world took a part in our development so that's nothing to worship them for, even though some of them pretend they are helping us 'making the transition from 3D to 4D level of existence'.  Most of the baddest of all fallen elementals (ufos  and aliens) are parasiting us because they can't continue to live either way. Because we don't believe in their existence, they are shrinking to the size of quasi-inexistence. And because we dig the soil to take away riches and metals and minerals, they are thrown away from the inner earth and remain on the loose wandering, trying to find a purpose. Because of the treatment we inflict on matter in industrial machinery, electroicy, electromagnetism, nuclear force and so on, more and more elementals are torn apart form the ascending spiritual path of evolution. So they start parasiting us to continue to exist. This is partly our fault! We didn't give them our assentiment to abuse us, but yet it is the inevitable consequence of our own deeds globally. Also, because we do not relate to nature's spirits anymore in our ordinary void-like existence, more and more elementals are torn apart from the ascending path of evolution. They become linked to us but in a way that is counter-developmental to all of us. If we start to connect back to them and redeem them by being joyful, wise, attentive to spirits' wispers, seeing through nature's open secrets (goethean science, anthroposophy, etc.), there is a chance more and more elementals will abandon this plan of total domination of the human race (the real goal of the NWO).

Many elementals and other fallen hierarches from the ranks of angels, archangels, archai, and so on, are hiding behind these ufos, aliens and behind parasitically infected psychopathocrats, using them as tools for their evil plan: ruining our chances of further spiritual advancement and also ruining the chance that we transmute the earth into a receptive Grail for cosmic spiritual forces of the spiritual Sun (Christ or blood of Christ, i.e. Ego of Christ).


Changing subject: About gnosticism.
Yahve is one of the Elohim, the lunar Eloha (singular of Elohim). The other Elohim are planetary beings. Most esoteric doctrines inherited from theosophical doctrines talk about Yahve as a bad god, not even a god, simply an usurpator. Gnostic doctrines, heavily influenced by Platonist conception of the Demiurge (creator of the world as being inferior to the one God that is platonician Unity of Being), by greco-roman myths (for example Titans being thrown away from the heavens and locked inside Tartarus/Hades/Underworld Hell (mythologically underground, smelling sulfur, hot like magma, and so on), mithriac cult of 'sol invicti' (the sun hero vanquishing the Bull of the body, very luciferic myth). This is ancient gnosis, lucifric revelation given to kindergarten humanity, given in images, because back then our cousniousness was clairvoyant but perceiving the outer world and their own souls in sort of dream-images. Mosaic laws were strictly rejected. Mostly because they saw the degeneracy of judaism and the 'plagiarism' of Genesis from anterior (Sumerian-Babylonian) sources. Also, they attributed to Yahve the characteristics belonging to Lucifer: for example his high pride and self-illusioning (folie des grandeurs) of a god thinking he is the Only One God, and that there is no other one. This is what Lucifer said before he fell. Christ and Lucifer are both children of Sophia. In gnostic myths, Sophia created Yaldabaoth in an egotistic impulse of independence from the Pateré Because she infanted without mating with the Pater, she gave birth to an aborted child: Yaldabaoth. This was the natural condemnation Sophia and Yaldabaoth put on themselves. But according to Steiner, this story is an image though up by gnostics to make sense of a large amount of conflicting mythological data: gnosis, mythology, philosophy, christianity, anti-judaism, etc. Gnostics were masters and genius in telling stories. Yet they are childish stories, inspired by the images given by Lucifer to humanity when we were like children, without clear thinking and without autonomous jugment and will. We were back then under the will of gods, not yet individualised as fully autonomous human beings (and we aren't yet!). Looking at Cosmic Christ, Gnostics couldn't understand that God could suffer in a human body. This is an impossibility. So they made up a story that Christ was only apparently suffering on the Cross, or even that he didn't die at all on a Cross, that he wasn't crucified at all. We must recognize that they were inspired and that they clearly understood that the crucifixion of the Son of God couldn't save us from sin. Well i absolutely agree with them. This was the most monstruous crime abomination humanity could have ever done: crucify and mock the Son of God, part of undivisible God himself. I agree with gnostics that Jesus-Christ's death on the Cross wasn't the thing that saved us form Sin. But gnostics didn't see that the act of ultimate sacrifice of Christ taking a human body, the Word becoming Flesh, was the greatest spiritual deed God could have done for humanity. Christ knew that he was to be savagely tortured if he came among men, and yet he did it for us. This is ultimate sacrifice.
Another sacrifice we must understand is Yahve's. while Elohim were staying on the planets of our solar system, Yahve made the sacrifice to dreate the moon, and harden it to a maximum, in order to block the influence and ancient moon, an influence that kept us locked in ancient dream-image consciousness. Thus, by hardening the moon and uniting with it, crucifying himself on the moon instead of staying on the Sun, he blocked atavistic consciousness that was a retrogressive remain of a past stage of our spiritual earth-man evolution. This enabled us to start the true quest of our coming on earth: start human experience in contact and confrontation with an outer world from which we are separated but to which we must learn to relate consciously, by learning, through direct individual experience. Atavistic image consciousness kept us locked in our dreamy unclear attractions and repulsions typical of ancient moon, astral and animalistic consciousness.  By hardening the moon, Yahve created a hard inclusion (a veil of hard matter, a wall) that created hard matter, which enabled us to have personal individual experience, clear thinking, of the world, instead of visions of the spiritual realities imposing themselves to us and keeping us in dreamy clairvoyance (of the old moon nature) instead of clear consciousness.  When earth passed through Old moon stage and entered our present earth evolution, Lucifer and Ahriman kept some imaginations of old moon consciousness, preserving them illegally, and Ahriman hardens them with matter stolen from earth and our heads (our brains more than anything else, because our brains can create worlds, parallel worlds, dimensions, endowed with reality of soul and spirit, thant can be materialized afterwards). L & A preserved ancient moon imaginations and endowed them with earthly and man's head matter, thus creating the eighth sphere. This is a spectral reality, and is a real spiritual danger in current times. This spectral reality imposes itself in front of us when we strive for perception of the spiritual. The eighth sphere can manifest itself through atavistic phenomena of consciousness: channeling, visions, hallucinations, spiritism, dreamy images, hypnoid-dreamy or semi-conscious states, ufo encounters and abductions, pseudo-spirituality that is in fact spiritual materialism creating false imaginations of the spiritual world in our minds, etc. The eighth sphere is the incarnation of simulacra reality. Watch the movie Videodrome (listen carefully to professor O'blivion) and you'll understand what I mean. The Matrix reveals secrets of the eighth sphere's interaction with ahrimanic parasitical activity on humanity (numeros links unite between both of them, eighth-sphere-matrix and parasitical-ahrimanic-activity... and also Artificial Intelligence, which is clearly an incarnation of Ahriman and a machiavelic mean to generate mass-possession of humanity by the Global shadow of Man, the great Doppleganger that is the collective entity formed by the converging activity of all people's own ahrimanic Double. ufos and aliens are intimately linked to this doppelganger, which opens the door of our selves to them).

So... giving ahrimanic-luciferian attributes to Yahve is wrong. That's Steiner's point in his critic of gnosticism. And that's what I am repeating to neo-gnostics. Anti-Yahve propaganda is one of the key-ingredient of the eighth sphere plan to subvert and pervert our spiritual endeavours.  It made many victims. L & A must be vey proud of what they achieved on the internet: obliterating Steiner's warning and giving voice only to anti-Yahve proselytists (with LKJ's Cs in place of Blavatsky's Masters).

Take care.
Curse means a cure.
wink

Offline

 

#40 2006-10-19 01:17:58

montalk
forum-keeper-upper
Registered: 2004-03-25
Website

Re: food for the eighth sphere, not the moon

druid wrote:

First let me correct a mistake I made by saying that reptilian form is alien to our earth's nature. Actually, Steiner talked about the DRAGON from as being totally alien to the animal realm, and thus the only outer (etheric-astral) form that was left for Ahriman, the Dragon.

Thanks for your clarification. Castaneda's material talks about how our assemblage point interprets the fundamental energy configurations  of other beings and worlds into physical forms we can recognize. But if an energy pattern is not something we're familiar with, it clothes it in the closest form that matches. I and others have seen astral spiders and wasps while in an altered state of consciousness, partly out-of-body, even though I doubt they were actually spiders and wasps, rather that form was an interpreted composite to convey the essence of that being. Well, maybe same thing with Ahriman? Something not of this world yet here nonetheless, thus equally interpreted / assembled / clothed by the collective subconscious in an appropriate composite form, the dragon. I often wonder whether the reptilians are truly reptilian, or if that's just what form they must take while in our world.

druid wrote:

When they get out of the underworld, they become Princes of the Air, masters of the air element and mostly the upper air. Ufos instantly come to mind, and I think this association is valid. They often seem to come from the above atmosphere and come down upon the surface, but this is the reflection of the actual process by which they come from the underworld to the surface. This is mirrored.

These ships appear and disappear, into and out of our dimension even while in mid-air, so that makes sense. Sightings by astronauts, on the moon, and anomalous structures on Mars suggest off-world nonhuman activities in the past, though that much is still within the solar system. Aside from UFO sightings, their coming out of the underworld involves them having easier access to our reality, to our own minds. But there is a cycle to this, and so I conclude that gravitational fluctuations brought about by solar flares and astrological alignments disturb the boundary between their world and ours, letting through more of their influence.

druid wrote:

They live in 4D in this underworld.

I read once, and cannot find it (maybe you remember where this is), where Steiner was talking about the levels of the world, something about the devachanic beings, the astral planes, and that these beings came from below us. If I remember correctly, he used the term sub-devachanic???? Does that ring a bell?

druid wrote:

You may have your own idea on this but I believe that the extraterrestrial hypothesis is a red-herring. A int that this could be a red-hering is that aliens pretend they come from this or that star or planet, and yet we believe them even though they LIE ALL THE TIME!!

From a practical perspective, there is little difference between aliens lying about coming from other stars versus lying about coming from a particular star. I can't say for certain they lie all the time, but from what I have read from most of mainstream sources about aliens and why they are here, much of that is definitely lies. If there's one thing we agree on, it is that there is much deception there.

druid wrote:

They are linked to us, to our soul, and to the earth, but they don't want us to realize this, because then their plan for human domination would be in jeopardy.

Reminds me of something interesting I read in the Mars Records / Mars Force from http://metatech.org , which is that via the kinesiology methods they use to investigate the alien stuff, they found that the human body does not recognize reptillians as aliens, implying they are terrestrial, perhaps by having been here so long. But I don't buy some sources saying the reptilians were necessarily an offshoot of the dinosaurs that survived extinction.

druid wrote:

They pretend we gave them the permission to do these abuses to us, yet they are lying again. They pretend they are our creators, yet they are lying again, although I believe they had a certain role in our physical and spiritual evolution (our emanation from the apes, said Nicolaas de Jong).

Actually, they can twist anything to suit their needs. For instance, they can say that they are native to earth, have been here far longer than we have, and that leads right into their spiel about having watched us since the beginning and guiding our evolution so that today we are ready to work with them openly. The idea of them not coming from other stars could play as much into deception as the opposite.

druid wrote:

Every spiritual and soul force in the world took a part in our development so that's nothing to worship them for, even though some of them pretend they are helping us 'making the transition from 3D to 4D level of existence'.

Yup, I agree with that... and as much as Sitchin helped awaken me to the idea that aliens played a role in human history, his work has formed an essential basis of the "aliens are our saviors" deception.

druid wrote:

Most of the baddest of all fallen elementals (ufos  and aliens) are parasiting us because they can't continue to live either way. Because we don't believe in their existence, they are shrinking to the size of quasi-inexistence. And because we dig the soil to take away riches and metals and minerals, they are thrown away from the inner earth and remain on the loose wandering, trying to find a purpose. Because of the treatment we inflict on matter in industrial machinery, electroicy, electromagnetism, nuclear force and so on, more and more elementals are torn apart form the ascending spiritual path of evolution.

This doesn't directly relate but is interesting nonetheless: http://www.subintsoc.net/covert_20020927.php   -- Richard Shaver and the Shaver mysteries. Underground beings communicated to him through his electric welding machine. Sounds crazy, but I think there's something to it.

druid wrote:

So... giving ahrimanic-luciferian attributes to Yahve is wrong. That's Steiner's point in his critic of gnosticism. And that's what I am repeating to neo-gnostics. Anti-Yahve propaganda is one of the key-ingredient of the eighth sphere plan to subvert and pervert our spiritual endeavours.  It made many victims.

Interesting point, though it you look strictly at the outer characteristics of Jehovah in the Old Testament, he displays numerous psychopathic traits.

Thanks again for your clarifications.

Last edited by montalk (2006-10-19 04:13:54)


Acquiring fringe knowledge is like digging for diamonds in a mine field.

Offline

 

#41 2006-10-19 01:57:32

thr33tim3
Member
Registered: 2006-03-10

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Amazing, amazing the synchrony of this forum, I'm not sure when I'm going to get used to it. I spent like an hour this afternoon trying to remember the name of the website that had The Mars Records, and I could not find it! Thank you for posting it for me, without even having to ask! big_smile I read exactly the passage you are referencing, this morning! Indeed it seems that "reptilians" do not register as "extraterrestrial" by way of kinesiology testing. Well I wanted to start a post on kineseology and/or "clearing" with an e-meter as discussed in the Mars Records. Besides Scientology, I have never encountered anyone using these and was wondering if anyone else could vouch for their efficacy. Could one buy their own e-meter to do memory work such as this? What is it about using kineseology or the e-meter that can break through these repressed memories? I read Power VS Force a while, and loved the idea of it, but the idea of being able to assign a numerological system to determine the relative "truth" of a book based on muscle-testing struck me as too far-fetched and made it all smack of pseudo-science. But then, I have never met a kineseology practitioner or had it tried on me, and I'd rather do that before I just make up my mind about it.

Sorry, I know thats off-topic to this discussion, but I had to say something, this forum just weirds out my head sometimes! smile
Tim

Offline

 

#42 2006-10-19 15:06:21

Pictus
Member
From: Brazil
Registered: 2006-02-11
Website

Re: food for the eighth sphere, not the moon

druid wrote:

Venice - commercial oligarchical city state
Holland - commercial oligarchical small nation state
England - commercial oligarchical medium imperial nation state
USA -      commercial oligarchical global imperial nation state (with cosmic aspirations? NASA & Starship Enterprise)

Thanks Druid
Very good interesting historical correlations up to present day.
Funny that Venice and Holland are cities known by their channels, the same for Atlantis...


Bye, Pictus

--------------------
http://pictus.co.nr

Offline

 

#43 2006-10-29 16:06:34

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Concerning the fight in the patriot movement opposing LKJ/WingTV Vs JeffRense/Alex Jones, I happen to have doubts about the version of LKJ and Lisa Giuliani. Read this and you'll know what I mean.
-WingTV wanted to take every 9/11 patriot group under ONE server (which could be the best way to underpin the whole movement, by putting all the eggs in one basket...)
-the constant slandering coming from LKJ and WingTV's mouth, which is opposed by deafening silence from the other party (don't play their slander game, just ignore them. Answering them is giving them fuel.
-etc.

Someone told me that:
  >I think that if there are any dirty disinfo
>agents, they are much more likely to be "Victor
>Thorn" (not his real name) and Lisa Guliani
>than Alex Jones.  See:
>http://www.rense.com/general70/cluck.htm
>http://www.rumormillnews.com/cgi-bin/archive.cgi?read=71407
>http://www.rbnlive.com/wing.html

I was stunned when I read this. I completely changed my view of LKJ and WingTV. Know I start to think that these both waste a lot of time and energy with denouncing 'cointelpro attackers' and other people like petty tyrants would slander those who do not want to follow their orders and be what they want us to be. It is harshly said, but this is not only a feeling... WingTV disappoint me a little more everyday, while I keep reading Alex Jones's excellent survey of the signs of the times... So could WingTV and LKJ could be misleading us in false paths or half-truths? I think so. Alex Jones and Rense are not perfect, but I feel WingTV and LKJ are worse... I apologise to their fans here on Noble Realms, I don't want to fuel controversy but discernment.

Offline

 

#44 2006-10-29 17:59:19

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

In another train of thought...

I am scratching my head about the question 'Do Jews that died in the Holocaust reincarnate NOW?'.
To some anthroposophists (margin) like Irene Diet ('Reincarnation without spirit: history of a counter-truth' my own translation), this can't be happening. Their arguments are strong. To many others, Barbro Karlen's book, edited by anthroposophist Th. Meyer, is reliable. Their argument are sadly mostly sentimental...
If somebody here reads French, take look at these articles exposing the point of view of Irene Diet, which I consider highly superior to the opposing point of view. there a references in it to Ahasverus. Those who read the excerpts of Bondarev's work will recognise the allusion to Ahasuerus as a double of Yahve's activity. But Irene Diet link Ahasuerus more specifically to Gondhishapur, a materialistic persian school which was a demoniacal incorporation of Ahriman in powerful gnostic and scientific Arab (Semitic) intellectuals. So Ahasuerus would be a semitic anti-god, I if undestand it correctly. I want to say, finally, that most Jews aren't semitic, and that the majority of semitic people are Arabs. Sepharad Jews are semitic.

Voila!

Here is the article, for French speaking people:
Sur les traces de l'Holocauste
Commentaires au sujet de Barbro Karlèn et Yonassan Gershom
Irène Diet
La suédoise écrivain Barbro Karlèn et le rabbin américain Yonassan Gershom ont relaté le fait que dès les années 50 de notre siècle, des victimes de l'Holocauste se seraient réincarnées. Cet événement n'est    vrai dire devenu public dans la population germanophone qu'   la suite des efforts d'Anthroposophes: B. Karlèn a été éditée en allemand par Thomas Meyer, tandis que Y. Gershom a été invité au congrès-Goetheanum consacré    la réincarnation, qui a eu lieu    Berlin    Pâques 97,    l'occasion duquel il venait pour la première fois en Europe. – Après qu'   la fin de 1997, dans les éditions anthroposophiques, sont parues    peu près en même temps, l'autobiographie de Karlèn "Et les loups hurlaient..." et l'étude de Gershom "Les victimes de l'Holocauste reviennent-elles?", l'article suivant(*) souhaiterait tenter de comprendre l'intérêt rencontré par les deux auteurs parmi justement les Anthroposophes, tout comme il souhaiterait contribuer ainsi    étudier le fondement de ce phénomène d'époque    l'aide de la science spirituelle.
L'autobiographie
"Ce qui tu sèmes, tu le récolteras aussi", comme il est dit dans la Bible. On ne pouvait pas le dire plus simplement. [...] Si les êtres humains savaient que l'on se réincarnera et qu'on récoltera soi-même ce qu'on a semé, le monde prendrait effectivement un tout autre aspect. Sarah était convaincue de cela" (1) – Barbro Karlèn décrit par ces quelques mots dans son autobiographie l'état d'âme    partir duquel, tout enfant, elle a rédigé ses livres surprenants. Ce livre, qui est du reste écrit    la troisième personne (B. Karlèn se désigne elle-même comme étant Sarah Carpenter), expose le chemin de croix vécu par l'auteur qui a été exposée durant toute son enfance    des témoignages de haine immenses, et avant tout incompréhensibles, de la part de son entourage. Ces témoignages de haine, qui provenaient de diverses personnes, se sont intensifiées    plusieurs reprises au point qu'on peut même parler de persécutions criminelles. Le rejet, et les reproches qu'on lui faisait, semblent se trouver en complète opposition avec ce que B. Karlèn était et ce qu'elle a effectivement fait. Elle fut, par exemple, accusée de longues années pour cruauté envers les animaux, alors qu'elle se présente elle-même comme aimant beaucoup les animaux et les connaissant bien. – La haine, dont elle était l'objet, était si grande que la vision de l'auteur en a été complètement imbibée. On ne trouve nulle part dans sa biographie des indications montrant qu'elle se serait préoccupée de questions humaines plus hautes ou bien ne serait-ce que des problèmes de l'une de ses amies ou connaissances. Son attention ne s'applique d'abord que sur le bien-être de ses chevaux, pour lesquels elle souhaite qu'il existe un paradis des chevaux; comme sur son dernier cheval du nom "d'Amadeus", offert par une millionnaire américaine.
Pour B. Karlèn, le monde humain se partage en bien et mal, ce par quoi le bien (plus exactement "les bons") se rassemble autour d'elle et le mal (plus exactement "les mauvais") tente de la défier. Le bien vainc, le mal succombe – cette idée de base, conforme    l'enfance, se retrouve dans les livres écrits durant ces jeunes années tout comme dans "l'autobiographie" de l'adulte. Sa vision sur les événements, sur les autres humains et sur ce qui lui survient, et même son style d'écriture, renferment effectivement ce caractère naïf, qui marque l'enfant qu'elle fut; les grandes questions propres    l'enfance, sur l'étendue du monde, se sont perdues. Nulle part, Karlèn se pose la question: "Pourquoi cette destinée me touche de cette manière? Qu'ai-je semé pour récolter de telles choses? Ou mieux: Elle possède elle-même la réponse,    vrai dire, bien avant de se poser ce genre de question, elle aurait pu commencer par réfléchir    fond sur son vécu. Pour elle – tout comme pour l'éditeur de cet ouvrage – la "persécution actuelle" n'est pas une conséquence de faits accomplis dans le passé, mais une continuation. Car la certitude traverse tout l'ensemble du livre que Barbro Karlèn a été Anne Frank (2).
Le rabbin américain
Yonassan Gershom, citoyen américain et conteur d'histoires hassidique, a fait sensation aux  États-Unis avec ses livres parus dans les années 1992 et 1996 (3). Le fondement de ses livres est constitué par 250 récits d'hommes et de femmes qui ont fait des expériences qui ne peuvent manifestement pas être en rapport avec leur vie actuelle. Ces expériences surgissent au moyen "de rêves, de visions, de sensations de "déj  -vu" (en français dans le texte, N.D.T.), de révélations de vie antérieure, d'intuition, d'aide spirituelle, d'écriture automatique et de thérapie par l'hypnose". (4) Ces "expériences", vécues comme des réminiscences, semblent se trouver en relation avec l'Holocauste, l'extermination massive des Juifs. Et Gershom, qui se tient dans le courant traditionnel du hassidisme – un mouvement religieux mystique au sein du judaïsme dans lequel l'idée de réincarnation est restée vivante – est parvenu au résultat qu'il doit s'agir de victimes de l'Holocauste réincarnées.
Les nombreux souvenirs de ces hommes et femmes, qui sont relatés par Gershom, sont effectivement très surprenants. – On remarque d'abord la brièveté inhabituelle du laps de temps qui, chez les personnes étudiées, sépare leur vie passée de leur vie actuelle. Selon Gershom, la circonstance d'une naissance pendant le "baby boom", c'est-  -dire d'être né entre 1946 et 1953, est l'une des caractéristiques de la réincarnation d'une victime de l'Holocauste. (5) Immédiatement en relation avec cela, on trouve le phénomène que ces êtres humains se sentent d'abord étrangers dans leur nouvelle famille et ne peuvent que difficilement s'habituer    leur (nouveau) nom. La même chose vaut aussi du reste pour B. Karlèn qui, étant enfant, ne comprenait pas pourquoi on ne l'appelait pas "Anne". (6) Ce sentiment de ne-pas-être-  -la-bonne-place dans la nouvelle incarnation s'accompagne dans la plupart des cas de phénomènes maladifs, psychiques et/ou physiques, comme des phobies inhabituellement intenses, de l'asthme, mais aussi de l'anorexie et autres troubles de l'alimentation. Ces infirmités appartiennent pareillement aux caractéristiques d'une victime de l'Holocauste réincarnée telles que celles exposées par Gershom, (7), dont les personnes sont atteintes dans leur nouvelle incarnation et dont doivent être guéries.
Réincarnation et souvenir (ou souvenance, possible ici aussi, N.D.T.)
L'extraordinaire fidélité au détail, est pourtant particulièrement surprenante, non seulement dans la manière dont une image souvenir ou un événement particulier est saisi, mais aussi souvent dans des situations de la vie très complexes. Le plus souvent, les personnes concernées ne connaissent pas seulement leurs propres nom, lieu de naissance, période d'enfance, comme d'autres particularités biographiques, mais aussi ceux de leurs parents, frères et soeurs, amis, voisins et ennemis;    vrai dire – et que cela soit encore une fois souligné ici – ceux de leur vie antérieure, qui est bien passée pour eux    présent. – Carole Louie, par exemple, ne se rappelle pas seulement sa situation de vie concrète d'alors, mais aussi des rêves, et même d'un événement qu'elle a dû vivre, alors qu'elle perdait un jour connaissance et quittait son corps pour partir    la recherche de son père déporté par les nazis. Et les expériences qui ont suivi, réalisées dans un état extracorporel, qui doivent appartenir    sa vie antérieure, ne se différencient d'aucune manière avec des expériences qu'on peut réaliser    l'aide des organes de perception sensible du corps physique. (8)
Il est connu que, dans une incarnation "normale", le gardien du seuil protège des souvenirs karmiques qui lieraient trop fortement une nouvelle vie    une ancienne. Car ces images devraient agir en paralysant. (9) C'est précisément ce qui semble se produire dans le destin de ces personnes. Elles vivent leur nouvelle vie comme une sorte de prolongation du passé, ce qui va souvent si loin que durant l'enfance, elles ont appréhendé cette vie comme une vie uniquement et principalement difficile. Et cela est en relation avec les "souvenirs" décrits, par lesquels elles semblent être "enveloppées" pour ainsi dire.
Le lieu des souvenirs est le corps éthérique et Rudolf Steiner décrit (10) que, lors de la mort, le corps éthérique se détache d'abord du corps physique et reste cependant relié pendant quelques jours encore avec le corps astral. "Aussi longtemps que le corps éthérique reste attaché    l'être humain, une certaine perfection du souvenir persiste", a-t-il expliqué dans sa "Science de l'occulte en esquisse". "Mais elle disparaît dans la mesure où le corps éthérique perd la forme qu'il a acquise dans son séjour dans le corps physique et qui est semblable    celle du corps physique." Le défunt ne peut donc conserver des souvenirs exacts et imagés caractéristiques (de sa vie passée) que durant environ trois jours. Ensuite ce "panorama de la vie" disparaît puisque par la suite – et au moins dans le cas général correspondant    la légité (au sens donné au mot de Gesetzmäßigkeit par Geneviève Bideau, N.D.T.) – le corps éthérique se détache du corps astral. Il se désagrège et sa substance constitutive regagne l'éther cosmique (ainsi l'homme emprunte-t-il son corps physique aux substances de la terre et son corps éthérique    la substantialité de l'éther cosmique, N.D.T.) – la question surgit    cet endroit de savoir si les récits de Barbro Karlèn et ceux des personnes interrogées par Gershom sur leur vie passée ne sont pas plutôt en relation avec des souvenirs qui sont liés    une substance éthérique non désagrégée, qu'avec ceux qui peuvent naître    la suite d'un renforcement des forces du "Je". Car ces souvenirs karmiques, décrits par Rudolf Steiner sont beaucoup plus difficilement saisissables et il faut un travail essentiellement plus intense et plus dense pour les éveiller que cela n'a été le cas chez les personnes interrogées.
Réincarnation et monde spirituel
Tout ce qui a constitué la particularité de la personnalité, le défunt doit s'en défaire après la mort. Ce n'est que de cette façon qu'il peut se préparer    accueillir de nouvelles impulsions qui dépendent de la vie passée dans la mesure où on doit provoquer une compensation karmique    travers elles. Dans la vie après la mort, "on fait l'expérience des effets qu'on a provoqués par ses propres actes; on revit, lors de ce retour en arrière, tout ce qu'on a fait subir aux autres pendant la vie entre la naissance et la mort", comme Steiner l'expose dans une conférence. (11) "Par la prise de connaissance de ce qu'on a occasionné, on développe les forces en vue de le compenser." C'est ce qu'il désigne même comme la "technique de création du Karma".
En présence des destinées examinées ici, on pourrait avoir l'impression que ce n'est pas l'individualité, c'est-  -dire le noyau éternel de l'être humain, qui se serait réincarnée,    l'occasion de quoi il se créerait un nouveau corps, une nouvelle personnalité, mais tout se passe comme si c'était la personnalité elle-même qui continuerait de progresser dans une nouvelle incarnation. Un élément éminent, spirituel, de cette personnalité, dont la présence constitue pourtant seulement l'être humain, semble faire défaut. La vie entre la mort et une nouvelle naissance devient un facteur non essentiel; le séjour des défunts dans le monde spirituel équivaut au séjour dans une "salle d'attente".
Tout cela mène    une compréhension déspiritualisée de l'entité humaine et du monde spirituel. Comme exemple de cette vision du monde marquée par le matérialisme, on peut mentionner ici le récit rapporté par Gershom et que la psychologue A. Sylverstein a rédigé    partir de sa vie après la mort, alors qu'elle était Anne. (12) "Les âmes juives se groupaient, avec leur corps astral estropié et altéré par la torture, dépouillées de toute dignité", écrit-elle. "Dans sa fonction, Anne dressait la liste des données importantes pour la chronique de l'Akasha: nom, lieu de naissance, adresse, profession, histoire familiale, type de mort, etc. Bientôt elle rencontre sa mère, son père, sa soeur et sa meilleure amie, tandis que ceux-ci se tenaient dans la série des gens    enregistrer. Ils avaient péri dans l'Holocauste. Comme les autres Juifs restants, ils furent envoyés dans cette partie de l'au-del   qui était caractérisée comme "réservée aux Juifs seulement". [...] Cette région juive du ciel était divisée en pays, villes et villages, qui correspondaient au pays natal des défunts sur la terre. Des tableaux d'affichages étaient installés selon les zones géographiques, sur lesquels les âmes arrivantes trouvaient des indications pour savoir où elles pouvaient trouver leurs parents. Des cartes et des panneaux indicateurs les aidaient    parvenir chez elles. Tout ce qui avait été abandonné sur la terre au plan matériel, avait été reconstruit dans le monde spirituel.
Judaïsme et événement du Christ
"Au contraire des Chrétiens, qui se concentrent en premier lieu sur le salut de l'individu, la compréhension judaïque du Karma s'est plutôt appliquée    la communauté", a expliqué Gershom. (13) Andreas Heertsch, directeur de branche au Goetheanum et auteur de la préface de l'édition allemande de ce livre, reprend cette idée sous une forme modifiée: "Quoique Yonassan Gershom et moi ayons des conceptions pratiquement opposées en ce qui concerne l'importance du Christ, nous nous sommes risqués    ouvrir une discussion publique sur le thème: "judaïsme et Anthroposophie". La quintessence: La Thora souhaiterait aussi mener les Juifs    la liberté et    l'amour. Il a été évident aussi que le Judaïsme vit plutôt pour une impulsion universelle, tandis que l'anthroposophie veut d'abord développer l'individu." (14)
La "compréhension judaïque du Karma" mise en exergue par Gershom dépend de l'alliance mystique que les Juifs ont dû conclure ensemble avec Moïse sur le Sinaï, au moment où Dieu leur remettait la Thora – le saint livre des lois. Cette alliance concernait d'abord la succession des générations, qui devait rester purement juive, la Thora souhaitait pourtant révéler la loi selon laquelle chaque peuple – et le peuple juif en particulier – devrait rester inassimilable en tant que tel, et tel quel pour l'éternité. Pourtant, non seulement la succession des générations, mais aussi la succession des réincarnations, ont été conçues selon Gershom (15)    partir de l'alliance mystique sur le Sinaï: "Un point capital dans cette conception kabbalistique de la Bible, c'est l'idée que toutes les âmes qui "se trouvaient sur le Sinaï", devinrent juives dans toutes leurs incarnations et le deviendront aussi    l'avenir. À partir de ce point de vue, l'incarnation dans un peuple non juif est une forme grave d'exil." Et lors d'un entretien, il a expliqué: "Nous ne sautons pas d'un endroit    un autre et apparaissons une fois en tant qu'égyptien et une autre fois en tant que je ne sais qui d'autre. Non. Nous croyons dans les âmes groupes et dans le fait que les âmes juives restent des âmes juives. [...] Si aujourd'hui, après l'Holocauste, quelqu'un décide de revenir sur la terre en tant que non juif, c'est parce que son âme a été si gravement blessée, si effectivement couverte de honte, qu'elle n'a pas pu supporter de traverser encore une fois une telle épreuve. À partir de cette angoisse et de l'espoir d'être acceptée, elle s'est décidée    se réincarner en tant que non juive – et non pas parce qu'elle a vu la lumière et qu'elle voulait devenir chrétienne." (16)
Gershom en revient    la doctrine de l'âme de la Kabbale, selon laquelle l'âme humaine possède cinq niveaux (d'existence, N.D.T.) (17). "L'inconscient collectif d'un groupe" (Chaja), le quatrième plan d'existence d'une âme, se trouve, conformément    cette doctrine, au-dessus de la "conscience personnelle supérieure" (Neschama) d'un individu. Autrement dit: L'âme groupe détermine le Je "supérieur" humain, elle est – selon Gershom – en quelque sorte la "symbolique existant dans l'élément collectif", le "software" (équivalent au mot actuel de "logiciel", N.D.T.), grâce auquel les informations toutes ensemble, qu'un homme apporte dans la vie, "reçoivent une forme lisible".
Eu égards    cette conception, on ne comprend pas pourquoi l'éditeur de l'oeuvre de Karlèn affirme qu'avec Gershom apparaît "une façon de considérer l'histoire"    partir du judaïsme "qui peut justement surmonter le nationalisme, selon son propre cheminement intérieur: elle place l'Holocauste dans la perspective de la réincarnation et du Karma. Quand aujourd'hui, du judaïsme progressiste surgit une exigence de ce genre surmontant foncièrement tout nationalisme, alors cela mérite une attention toute particulière." (18) – Le rabbin Gershom est quant    lui d'un avis différent: "Les doctrines de la réincarnation ne proviennent pas, comme on pourrait s'y attendre, de courants plutôt "progressistes" au sein du judaïsme. Non, elles ont été transmises par l'hassidisme "ultraorthodoxe" et ont toujours été répandues par lui." (19) – De fait, une telle manière d'envisager la réincarnation en correspondance avec une loi générale d'après laquelle les êtres humains se réincarnent sans cesse dans un seul peuple, et toujours le même, fonde un nationalisme encore plus réactionnaire qu'il n'est principalement possible de le faire sans certains discernements dans le contexte suprasensible. (20)
Gershom n'exprime donc pas une "impulsion universelle", comme le pense Andreas Heertsch, mais une impulsion qui se rapporte    l'âme groupe d'une seul et unique peuple.
Individualité et âme groupe
Dans diverses conférences (21), Rudolf Steiner a développé le fait que l'ancien peuple hébraïque a été le peuple par excellence (en français dans le texte, N.D.T.), au travers duquel la disposition de l'âme groupe s'est révélée au sein de l'humanité. Et tous les Juifs, "ancêtres communs" d'Abraham et de Sarah fondent, selon Gershom, l'identité juive jusqu'   aujourd'hui, qui n'est pas celle d'une race, mais celle d'une "culture souche". (22)
Le principe de ce qui est inhérent    l'âme groupe, auquel l'humanité remonte, a cependant perdu sa signification depuis le Tournant des  ‚ges, "au moment où le Christ est descendu sur notre terre", pour faire place au principe de l'individualité, du "Je traversé de la présence du Christ". Steiner renvoie au fait que nous parvenons    faire l'expérience du coeur spirituel de notre nature humaine, "si nous ne pouvons pas dire uniquement: Moi et le père Abraham, sommes unis, mais: Je et le Père, c'est cela l'élément spirituel qui forme la trame vivante du monde. [...] Nous luttons donc et nous nous élevons peu    peu    la compréhension de ce Je, c'est-  -dire du porteur de l'individualité humaine, et donc de ce qui passe d'incarnation en incarnation." Et dans le même contexte, Rudolf Steiner en vient aussi    parler des souvenirs provenant de vies antérieures. Il explique que seuls les hommes qui se sont détachés de l'âme groupe, et ont développé un Je individuel, auront dans leur incarnation future la faculté de se souvenir de leur vie antérieure d'une manière correcte. Mais ceux qui n'ont pas surmonté la disposition inhérente    l'âme groupe, "ne pourront pas se rappeler de l'existence d'un Je individuel, parce qu'il ne l'ont pas formé, mais du Je-groupe dans lequel ils sont restés."
Comme on l'a déj   mentionné, les destinées décrites par Gershom, et caractérisées par lui comme des victimes réincarnées de l'Holocauste, n'apparaissent pas comme celles d'individus, mais plutôt comme celles de personnalités. Ce n'est pas le Je qui est ici immortel et éternel, mais la personnalité qui est liée    l'âme groupe juive. Des personnalités, comme des âmes de peuple connaissent une enfance, une adolescence, un âge mûr et naturellement aussi une mort. (23) Mais cette mort ne semble pas se produire. Et l'impression surgit donc, que les phénomènes observés par nous dépendent de cette impossibilité    trouver la mort. Cette impossibilité-de-mourir devient un supplice tout particulier. – Barbro Karlèn vit les mêmes persécutions émanant des mêmes êtres humains, comme déj   Anne Frank a dû le vivre. Et c'est pareil pour Abbye Sylverstein, Judith Hart, Carole Louie et d'autres – toutes ces personnes sont nées avec des infirmités psychiques et corporelles, qui donnent l'apparence, qu'elles ont été transportées de l'ancienne vie    la nouvelle. Si par contre, on étudie les réincarnations décrites par Rudolf Steiner, il est d'abord frappant que ce ne sont pas les analogies entre deux incarnations qui prévalent, mais le fait qu'une incarnation dépende d'une autre d'une manière telle qu'on ne puisse jamais en tirer une simple conclusion: "Ce qu'on était dans l'incarnation précédente, on est généralement loin d'y penser. C'est habituellement tout autre que ce qu'on pense." (24)
Dans une étude de Jürn-Hinrich Volkmann, parue dans Das Goetheanum du 29 mars 1998, on mentionne la légende d'Ahasvérus (25), cette légende du Juif errant qui a été éconduit par le Christ portant sa croix et qui n'a plus la faculté de mourir jusqu'   aujourd'hui. Rudolf Steiner a évoqué Ahasvérus    quelques reprises (26), ainsi le 21 mars 1922,    Bern, où il met en opposition Ahasvérus et le Christ: "C'est un processus réel: le Dieu, qui a appris    connaître ce que les Dieux ne connaissent pas par ailleurs, qui a appris    mourir, qui a fait entrer le fait de la mort en Lui, c'est le Christ, le Dieu qui est entré dans ce monde où existent la naissance et la mort, la descente du Dieu dans la nature humaine. [...] Et si autre chose avait eu lieu, lorsqu'au même moment où Dieu devenait homme, un homme avait aspiré    devenir Dieu, c'est-  -dire aspiré    ne plus mourir,    ne plus être soumis aux lois de la vie terrestre, alors il serait naturellement devenu le dieu le plus misérable, tandis que Dieu devenait l'être humain le plus accompli en descendant dans la nature humaine. Nous avons cette polarité, cette opposition! Ce n'est pas sans raison qu'Ahasvérus se tient    côté du Christ montant vers le Golgotha, Ahasvérus, l'homme qui aspire    devenir Dieu, mais qui devient un dieu bâclé, et perd la possibilité de mourir et doit désormais parcourir le monde sans pouvoir mourir."
Y. Gershom affirme que non seulement chez les Juifs, mais aussi chez les nazis il s'agissait d'âmes "qui se sont décidées    revenir ensemble    chaque incarnation". (27) Il pense qu'il s'est agi chez Hitler d'une réincarnation d'Amaleq, "le petit-fils d'Esaü et le fils de son fils  Éiphaz", qui pour les Juifs est    maints égards" ce que "Satan est chez les Chrétiens". La "lignée biblique des Amalécites" a, selon Gershom, "durant des générations et des incarnations (sic!) attaqué les Juifs et tenté de les anéantir" (28). Gershom élargit ce thème avec l'aide des déclarations du célèbre médium américain Edgar Gayce (auquel il se rapporte    plusieurs reprises) et d'après lequel les Juifs et les Amalécites remontent    des groupes qui auraient vécu "avant le déluge": Aux "fils de Belial" (ou Fils du diable, N.D.T.) et ceux "de la loi de l'Unique". Tandis que les "Fils de la loi de l'Unique" [c'est-  -dire les groupes du peuple Juif] se déclarent être du côté des origines spirituelles de l'humanité", les Fils de Belial, qui travaillent    "la perte de la civilisation", sont "emprisonnés dans l'égoïsme et le matérialisme". (29)
Attente du Messie
Selon Gershom, le peuple juif doit jouer un rôle tout particulier dans le processus collectif du Tikkum Olem, de la "restauration de l'univers". C'est pourquoi Hitler – toujours selon Gershom – ne redoutait rien moins que la "magie blanche" des 36 Juifs saints cachés, "par lequel le monde sera sauvé". Il compare les Juifs aux "globules blancs" dans le corps spirituel de l'humanité: "Quand quelque chose de mal atteint le monde, les Juifs sont fréquemment les premiers    en ressentir l'énergie négative et    en absorber l'influence." Et c'est en cela que se trouverait le "sens de l'Holocauste". (30) Désormais, le peuple juif n'attend plus la "venue du Messie", mais "il joue lui-même un rôle actif dans le processus de rédemption. [...] Au sens mystique, le Maschiach [mot juif pour Messie – I.D.] n'est plus désormais considéré comme une entité individuelle possédant la faculté de faire des miracles et d'améliorer le sort de la terre, mais comme l'âme collective du peuple juif. Après l'Holocauste, beaucoup de Juifs ne conçoivent plus le Messie comme une entité merveilleuse personnifiée, mais parlent d'une “époque messianique” ." Et    un autre endroit: "Personnellement, je crois que la seconde guerre mondiale est réellement l'accomplissement du "dernier temps" des prophéties de nombreuses cultures différentes et l'Holocauste, était de fait, la phase des "douleurs de l'enfantement de l'époque messianique", qui avait été prédite par les prophètes." (31) Mais le Messie collectif "juif" sauvera l'humanité. (32)
Gershom croit donc que le "Messie" dont l'Ancien Testament annonce déj   la venue, est devenu le peuple juif lui-même depuis l'Holocauste. Peu avant la fin du second millénaire après l'événement du Golgotha, qui constitue le point central de l'évolution de la terre, une voix s'élève qui veut transférer cet événement: au lieu du Christ, qui, en tant que Dieu est mort sur la croix, ce par quoi l'évolution du Je de tout être humain est surtout devenue possible    partir de cet acte, surgit la notion d'un Messie juif collectif. Mais ce "Messie" ressemble    l'archétype d'une entité, qui se heurte de lui-même franchement    la voie de l'individualisation de l'être humain.
Conclusion
Quant    savoir si pour les destinées décrites par Gershom et Karlèn il s'agit effectivement de victimes de l'Holocauste réincarnées, on ne peut pas et on ne doit pas trancher ici. Il est    peine douteux pourtant que les phénomènes caractérisés ici annoncent un processus actuel extrêmement significatif. Celui-ci semble en relation avec l'entité du Christ et son apparition dans le domaine éthérique de la terre. Nous nous trouvons devant le Mystère de l'événement de Pâques. – Dans ce qui suit, on abordera une tentative d'interprétation qui,    vrai dire et en aucune manière, ne doit être comprise comme la seule et unique possible.
Dans une conférence tenue par Rudolf Steiner    Dornach, le 18 novembre 1917, (33) celui-ci a expliqué que sur l'apparition du Christ en tant qu'entité éthérique, "personne n'a d'influence quelconque, pas même un initié considérable". "Cela arrive. Je vous prie de le retenir. Mais on peut prendre des dispositions pour que cet événement du Christ soit accepté de telle et telle manière, pour que cet événement du Christ agisse de telle et telle manière." Certaines fraternités occultes, que Rudolf Steiner a particulièrement évoquées durant la première guerre mondiale, s'efforcent "de laisser passer inaperçu le Christ au 20ème siècle, de rendre imperceptible aux êtres humains sa venue en tant qu'entité éthérique". – Et il a caractérisé alors deux méthodes de détournement de l'entité du Christ: celle des fraternités occidentales et celle qui est fomentée par les fraternités orientales. Les fraternités occidentales tentent de substituer au Christ une entité "de nature strictement ahrimanienne". Cette entité pourrait se trouver dans un certain rapport avec l'entité d'Ahasvérus s'attardant dans le domaine de l'esprit. Quant aux fraternités orientales, elle ont recours    d'autres moyens pour détourner l'être humain de l'apparition du Christ dans le monde éthérique. – "Dans des circonstances normales", d'après Rudolf Steiner dans la conférence mentionnée, Le corps éthérique des défunts est absorbé dans le cosmos, c'est-  -dire qu'il s'écoule et se perd dans l'éther cosmique. Pourtant cette absorption est "un peu plus compliquée", au point de pouvoir être empêchée – au moins de temps en temps. Steiner décrit comment ces corps éthériques, abandonnés par les défunts mais non encore dissous, peuvent être accaparés par des entités démoniaques, "qui n'appartiennent pas    l'évolution de la terre, mais qui se glissent furtivement dans l'évolution terrestre et revêtent les corps éthériques abandonnés par les êtres humains".
Eu égards    la qualité extraordinaire des souvenirs des êtres humains, qui pensent être des victimes de l'Holocauste réincarnées, on est bien renvoyé devant la possibilité que ce phénomène pourrait être en rapport avec un élément éthérique non dissous. Et c'est particulièrement l'avertissement de Steiner, qui se rattache    la description d'entités "revêtues" par un corps éthérique humain, devenues par la suite membres de fraternités occultes orientales, qui pourrait nous laisser deviner les arrière-plans du phénomène observé. – Steiner explique qu'on a agi ainsi sur la vénération des ancêtres c'est-  -dire sur la vénération d'êtres humains pour la raison qu'ils appartenaient    une lignée déterminée,    une peuplade déterminée.
L'année dernière, l'opinion qu'il s'agissait dans les cas décrits ici de victimes de l'Holocauste réincarnées a acquis tout particulièrement de la consistance précisément parmi les Anthroposophes. (34) Et les découvertes liées    cela furent même entachées d'un certain enthousiasme. La "première impression" d'Andréas Heertsch    la lecture des livres de Gershom fut la suivante: "Nous, les Anthroposophes, nous connaissons les conditions et les lois de la réincarnation, mais ce sont les autres qui en font l'expérience." (35) – On serait plutôt d'avis que des Anthroposophes, avant de devenir les protagonistes d'idées, les mettent particulièrement    l'épreuve avec exactitude. Dans le cas présent, la satisfaction, d'avoir trouvé des récits de circonstances de réincarnation, semble avoir entravé une mise    l'épreuve de ce genre, si bien qu'on a ouvert la porte et livré passage    de tout autres forces que celles originellement admises.
Das Goetheanum
Wochenschrift für Anthroposophie
N°20, 17 mai 1998
Irène Diet est née en 1959    Leipzig, elle a étudié l'histoire et la philosophie    Leipzig et Paris. Elle vit depuis 1985 en France et exerce une activité littéraire en tant qu'écrivain indépendant.
Notes:
Barbro Karlèn: Et les loups hurlaient... Une autobiographie, Bâle 1997 [BK].
Yonassan Gershom: Les victimes de l'Holocauste reviennent-elles sur la terre?, Dornach 1997 [YG].
Voir les commentaires parus dans Das Goetheanum N°5/1998 & N°6/1998 (y compris la feuille aux Membres). (Ces articles ont été traduits et sont parus dans Tournant N°66/6, N.D.T.)
(1) BK, p.25.
(2) Th; Meyer explique dans sa postface: "Ce n'est pas un hasard, si Et les loups hurlaient... ne se présente pas pour le moment dans la langue des persécuteurs actuels de Sarah Carpenter, mais seulement dans la langue de ses anciens persécuteurs. Car la persécution antérieure est    la base de l'actuelle." Dans au même endroit, p.227.
(3) Beyond the Ashes. Cases of Reincarnation from the Holocauste (Au-del   des cendres. Cas de réincarnation de victimes de l'Holocauste), 1992 et From the Ashes to Healing. Mystical Encounters with the Holocauste (Des cendres    la guérison. Rencontres mystiques avec l'Holocauste), non traduit en français..., pour l'instant. 1996.
(4) YG, p.29.
(5) Voir    ce sujet entre autres YG, p.53, 89 et suiv., 120.
(6) Voir BK, p.7.
(7) YG, p.57 et suiv.
(8) Anne Marie, c'est-  -dire C. Louie dans son incarnation précédente, ne voyait pas seulement son père comme on peut le voir avec les yeux du corps physique, mais l'entendait et percevait les odeurs: "J'ai entendu un bruit, lorsque l'air fut remplacé. Je sentais le gaz et, paralysée, je les regardais agoniser par suffocation." YG, p.319.
(9) Voir    ce sujet entre autre Rudolf Steiner: Comment acquiert-on les connaissances des mondes suprasensibles?, Chap. "Le gardien du seuil".
(10) Rudolf Steiner: La science de l'occulte en esquisse (GA 13), Chap. "Sommeil et mort".
(11) Conférence du 18 novembre 1915, dans GA 157.
(12) YG, p.254 et suiv. Citation suivante p.259 et suiv. (soulignée par I.D.)
(13) À l'endroit cité précédemment, p.157.
(14) À l'endroit cité précédemment, A. Heertsch dans la préface, p.9 et suiv. (soulignée par I.D.).
(15) À l'endroit cité précédemment, p.364. Voir aussi p.84 et 103.
(16) Le judaïsme en tant que cheminement spirituel. Entretien avec J. Kritisch, dans Info 3, mai 1997.
(17) YG, p.163 et suiv. Citation p.171.
(18) Th. Meyer: Holocauste et Réincarnation. À la fois une indication sur le contexte karmique entre le judaïsme et le germanisme, dans Der Europäer, 8/1997.
(19) YG, p.245.
(20) Rudolf Steiner a indiqué    plusieurs reprises que des êtres humains, dans certaines circonstances peuvent effectivement répéter leur incarnation dans un seul et même peuple et dans une seule et même ethnie: "Seules ces âmes qui s'enfoncent dans des ethnies qui ne s'efforcent pas de sortir de la matérialité physique, sont pour ainsi dire ramenés de nouveau dans cette ethnie par leur propre pesanteur. [...] Imaginons une personnalité de ce genre, qui se tient par exemple devant le Christ Lui-même, qui voit comment le Christ porte tous les témoignages de son action en faveur du progrès de l'humanité, mais qui ne veut rien savoir de cette élévation et se met en travers de l'action du Christ. Une personnalité de ce genre serait condamnée    rester dans son ethnie. Et si nous pensons cela d'une manière radicale, alors une telle âme devrait sans cesse réapparaître dans la même ethnie et nous avons la légende d'Ahasvérus, qui doit toujours revenir dans la même ethnie, parce qu'il s'est heurté au Christ-Jésus." Rudolf Steiner, conférence du 21 juin 1908, dans L'Apocalypse de Jean (GA 104).
(21) Voir par exemple les conférences du 9 novembre et du 26 décembre 1909, dans GA 117.
(22) YG, p.225.
(23) Rudolf Steiner évoque la naissance et la mort d'un être humain tout comme il parle de la naissance et de la mort d'un Archange qui devient esprit du peuple. Voir    ce sujet: Rudolf Steiner, conférence du 9 juin 1910 dans La mission des âmes de peuples particulières (GA 121).
(24) Dans: Rudolf Steiner: Les mystères du seuil (GA 147).
(25) Volkmann affirme,    vrai dire, que lorsque Rudolf Steiner a évoqué Ahasvérus, il voulait signifier un élément étranger au peuple juif, qui serait en relation avec la "magie attardée de l'ancienne Perse", c'est-  -dire avec l'impulsion de Gondèshapùr (ou Djundishapùr) et qui n'exprimerait pas "de manière déterminée une image, une caricature ou une comparaison de la situation historique du judaïsme". Pour plus de détails, voir la version non résumée de cet article. À propos d'Ahasvérus, voir aussi les exposés extrêmement intéressants de Ludwig Thieben, dans: L'énigme du judaïsme, Bâle, 1991.
(26) Le 21 et le 24 mars 1922. Les deux conférences se trouvent dans GA 211 (souligné par I.D.).
(27) YG, p.189.
(28) À l'endroit cité précédemment, p.190.
(29) À l'endroit cité précédemment, p.196 et suiv.
(30) À l'endroit cité précédemment, p.201. “Hitler a peut-être pressenti que le monde, tel que nous le connaissons, continuera d'exister aussi longtemps qu'il restera une seul Juif en vie, qui maintiendra la doctrine (la Thora). Pour pouvoir ériger son empire de mille ans, Hitler aurait dû exterminer les témoins de l'alliance au Sinaï encore jusqu'au dernier." À l'endroit cité précédemment.
(31) À l'endroit cité précédemment, p.215.
(32) "Si tous les Juifs partout dans le monde célébraient le Sabbat en même temps [...] une unité spirituelle en résulterait alors en se créant entre eux. [...] Et s'ils parvenaient    maintenir cette conscience de l'unité pendant la semaine suivante et s'adonnaient ensemble    la célébration d'un second Sabbat, les vibrations suprasensibles ainsi mises en mouvement suffiraient pour générer un "Hundredth-Monkey-Effect", ou bien autrement dit, une transformation de conscience collective." À l'endroit cité précédemment, p.221 et suiv.
(33) Dans: GA 178.
(34) Rien que durant l'année dernière, les articles suivants ont été publiés: Hassidisme et réincarnation. Le judaïsme en tant que cheminement spirituel. Entretien avec Y. Gershom, dans Info 3, mai 1997; TH. Meyer, Holocauste et réincarnation, dans: Der Europäer, juin 1997; A. Reuveni, Anne Frank et Barbro Karlèn. Libération de l'âme, dans: Info 3, décembre 1997; A. Reuveni L'heure des loups,    l'endroit cité précédemment; N.. M. Rohlfs, Sarah et Anne – "Je sais ce que je sais". Barbro Karlèn – une biographie extraordinaire, dans Das Goetheanum, 1er février 1998; Th. St ¶ckli, L'humanité doit d'abord en finir avec la bête qui monte de l'abîme (entre autre    propos de Gershom), dans: Das Goetheanum, 8 février 1998; A. Heertsch, Sommes-nous prêts au dialogue? Rencontre avec le rabbin Y. Gershom, dans La Feuille aux Membres, 8 février 1998; N. M. Rohlfs, Destinées de la Shoah. Le livre de Yonassan Gershom: Les victimes de l'Holocauste reviennent-elles sur la terre? dans: Info 3, mars 1998.
(35) A. Heertsch, Sommes-nous prêts au dialogue? Rencontre avec le rabbin Y. Gershom, dans la Feuille aux Membres du 8 février 1998.
(*) Cet article représente le résumé d'un travail plus important. On peut se procurer la version non résumée auprès des éditions STEEN, Egelinglaan 23, NL-3705 TA Zeist.

Offline

 

#45 2006-10-29 18:00:19

druid
Member
Registered: 2006-08-06

Re: food for the eighth sphere, not the moon

Another article in French in the same vein as Irene Diet's.

Les victimes de l'Holocauste reviennent-elles sur la terre ?
Nothart Rohlfs
“L'homme est un être qui se réincarne.”  Ce n'est pas uniquement par la pensée que cette conviction s'installe fermement dans la civilisation occidentale. De plus en plus d'expériences remontant des profondeurs de l'âme, viennent bouleverser l'être humain, des expériences qui ne se laissent pas plus expliquer par d'autres pensées. Le rabbin new-yorkais Yonassan Gershom a rassemblé, depuis 1981, les récits de plus de 250 personnes qui peuvent être des souvenirs de ce qu'elles ont vécu sous les atrocités nazies. Nothart Rohlfs a lu son livre “Au-del   des cendres – Cas de réincarnation de victimes de l'Holocauste”  et l'a questionné    partir des perspectives données par l'Anthroposophie.
C'est la question que se pose le rabbin Yonassan Gershom, dans son livre paru en 1992 aux  États-Unis Au-del   des cendres – Cas de réincarnation de victimes de l'Holocauste.(1)
Sa réponse est évidente et il l'expose sous les yeux du lecteur    l'appui d'exemples étonnants, et effectivement bouleversants.
Par ailleurs, le fait que des hommes d'origines culturelles et religieuses les plus diverses soient inébranlablement convaincus de la réalité des vies terrestres répétées, n'est plus inhabituel aujourd'hui. Cette conviction n'a pas de fondement idéel    maints égards, mais consiste en faits relevants du vécu des âmes et accompagnés d'une évidence naturelle. Cette certitude au plan de la sensibilité est nourrie et appuyée chez de plus en plus de personnes par leurs propres impressions, ainsi que par celles d'autres personnes, qui ne peuvent se rapporter qu'   des vies terrestres précédentes, du fait de la nature et de la manière dont elles se présentent. Ces sortes d'expérience peuvent être provoquées de diverses façons par les techniques de régression ou de retour    un stade antérieur de l'évolution psychologique. Avec une occurrence non moins négligeable, elles surgissent spontanément.
Yonassan Gershom n'avait d'emblée aucun rapport avec tout cela, même si l'idée de la réincarnation comptait parmi ses convictions intimes depuis ses études sur la mystique juive. Après les études obligatoires, il reçut son ordination de rabbin, du rabbin Zalman Schachter-Shalomi, lui-même survivant de l'Holocauste et pionnier internationalement connu de la rénovation spirituelle du judaïsme. Le rabbin Gershom n'a pas la charge d'une communauté, ce qui est plutôt une rareté – il exerce sa fonction de manière indépendante – et n'est pas spécialement un adepte de l'une des tendances religieuses existantes du judaïsme. Il décrit lui-même sa voie comme étant “néo-hassidique” , unissant la plupart des usages et traditions religieux, mais restant malgré tout ouverte aux nouvelles idées issues des domaines de la psychologie, de la sociologie et des conceptions métaphysiques modernes.
Qu'est-ce qui amène donc un rabbin américain de la génération d'après-guerre    la présomption que les victimes du massacre des Juifs par les nazis pendant les dernières années du 3ème reich seraient déj   réincarnées parmi nous – d'autant plus que l'acceptation de la réincarnation dans le judaïsme actuel passe pour    peu près aussi insolite que dans la plupart des confessions chrétiennes?
En 1981, le rabbin Gershom fit une rencontre riche en conséquences. Il avait décommandé la réunion d'un groupe d'étude, qui devait avoir lieu le soir chez lui,    cause de la tempête de neige qui régnait au dehors. On devait traiter des doctrines mystiques de la Kabbale. Une participante, une jeune norvégienne, n'avait manifestement pas reçu la nouvelle et arriva chez lui    l'heure prévue, malgré les conditions météorologiques inhospitalières. – Vu le temps, il était naturel qu'il priât la visiteuse inattendue d'entrer, lui proposât une tasse de café et l'invitât    rester un moment. Demandant    son invitée si elle souhaitait aborder un sujet de conversation particulier, elle acquiesça et choisit un thème inattendu pour lui, l'extermination massive des Juifs dans les camps de concentration nazis, l'Holocauste. – tout ce qui suivit prit un cours le touchant de près d'une manière insoupçonnée et extraordinaire pour lui.
Depuis son enfance, comme le rapporta la jeune femme, elle était prise d'une angoisse parfaitement inexplicable    l'évocation de l'Holocauste. Sa soeur, qui s'occupait actuellement d'une étude sur les camps de concentration, lui avait maintes fois demandé de réviser avec elle les fondements de cette étude en question. Elle sentit monter en elle une épouvantable opposition et elle ne put se résoudre    poursuive ce travail avec la meilleure volonté du monde. Toute l'affaire lui était raisonnablement incompréhensible, puisqu'elle avait grandi en Arizona, sans contact avec des Juifs, bien moins encore avec les nazis.
Tandis qu'elle décrivait cela, le rabbin Gershom fit une expérience soudaine, étrange pour lui. C'était comme s'il était transposé dans un autre état de conscience et qu'il percevait bien autre chose que la réalité sensible qui l'entourait.
Alors qu'il était assis en face d'elle et l'écoutait, un autre visage lui apparut soudain qui vint aussitôt se superposer sur celui de son interlocutrice. Sur son visage jeune et agréable, avec ses yeux bleus et ses longs cheveux blonds, vint se placer un autre visage hâve, marqué par la douleur, au crâne tondu, aux orbites et    la bouche enfoncées. Tandis que les deux visages semblaient coïncider, Gershom perçut tout    coup une mélodie, semblant venir de loin, qu'il reconnut immédiatement. Il s'agissait d'un air qui était initialement attribué    la communauté hassidique juive de Breslau (Wroclaw, actuellement en Pologne, ville près de laquelle Rudolf Steiner donna la Cours aux Agriculteurs, N.D.T.) et dont on disait qu'elle avait été chantée par beaucoup de Juifs dans les camps. Les Juifs hassidiques de Breslau l'avaient entonné pour accompagner consciemment leur derniers instants sur le chemin les menant    la mort dans les chambres    gaz.
En pleine conscience d'esprit, le rabbin Gershom proposa aussitôt    son invitée de lui fredonner la mélodie, afin de savoir si elle la reconnaîtrait. Les conséquences de cet expérience furent bouleversantes. La jeune femme, pour qui la mélodie chargée de souvenirs était jusque l   parfaitement inconnue, réagit avec tous les signes d'une frayeur accablante, sombra bientôt presque dans un état de transe et ne fut passablement apaiser qu'avec peine. Quoique fortement éprouvée, elle parvint finalement    décrire les scènes dans lesquelles elle s'était sentie transposée de cette manière: scènes de mort lente dans un camp de concentration dans des conditions épouvantables.
Depuis cette première expérience décisive, selon l'auteur lui-même, il a eu 250 rencontres avec des personnes qui pensent avoir péri d'une manière ou d'une autre dans l'Holocauste.
Durant les premières années qui suivirent cet événement, il garda ses expériences pour lui et ne laissa échapper que les observations appropriées aux circonstances personnelles, il estimait simplement comme possible que des victimes du temps de l'Holocauste se réincarnassent de nouveau aujourd'hui. Cela l'incita déj      consigner ses premiers entretiens privés lors desquels des Juifs, comme des non-Juifs, racontaient des expériences comparables, qui les ont amenés    croire qu'ils avaient péri dans les années atroces de la “solution finale du problème juif” . Depuis que le rabbin Gershom, des années après la rencontre, a décidé de publier le récit de la rencontre mentionnée plus haut, en posant publiquement la question, “Les victimes de l'Holocauste reviennent-elles?” , l'afflux de ceux qui veulent lui faire part de ce type d'expériences ne fait que croître.
Un autre exemple: Régine est née en 1950 et faisait déj   des cauchemars fréquents dans son enfance, dans lesquels des soldats entraient de force dans la maison de ses parents. Il s'agissait de soldats SS, reconnaissables    leurs brassards. Par la suite elle rêva en outre qu'elle se trouvait quelque part dans un bois, cachée derrière un mur de briques écroulé.
Jeune adulte, elle ressentit un jour l'impression suivante, qui n'est pas liée    quelque chose de sensible: Elle voyait le cahier de musique d'un enfant devant elle, rédigé en langue allemande. Le nom inscrit sur la couverture était Friedrich. Ce garçon vivait en un lieu appelé Austerlitz en Tchécoslovaquie. – Tandis que Régine essayait l  -dessus de trouver quelque chose sur cette petite ville d'Austerlitz en bibliothèque, une carte lui tomba entre les mains, sur laquelle, en dehors du lieu, une briqueterie se trouvait figurée. La chose la préoccupa davantage et elle décida de consulter un hypnothérapeuthe. Les retours aux états d'évolution psychologique antérieurs qui ont suivi ont révélé qu'elle a elle-même vécu    Austerlitz dans les années trente, incarnée en un jeune homme nommé Friedrich. Après l'annexion du territoire des Sudètes au reich allemand, la terreur commença    s'exercer contre la population juive. La famille du jeune homme fut emmenée. Lorsque cela arriva, d'après les résultats de la régression psychologique, Friedrich s'empara de l'arme de son père pour protéger la famille. Les soldats qui avaient pénétré dans la maison n'y allèrent pas par quatre chemins. Ils lui arrachèrent le fusil des mains et abattirent en sa présence son père et sa mère avec l'arme. Il fut lui-même emmené et mourut    l'âge de quinze ans. – Alors que la jeune femme n'avait plus aucune impression nette de cette mort, elle vit pourtant le cadavre défiguré du jeune homme et parvint    avoir des images dont il semblait qu'il s'agît d'expériences réalisées après la mort.
Sources d'erreurs
Si on compare spontanément les deux exposés l'un avec l'autre, il est frappant que la première partie de ce qui vient d'être décrit corresponde au début du récit rapporté dans la mesure où il s'agit dans ces deux cas d'expériences individuelles imagées surprenantes. Toutes deux reflètent quelque chose d'authentique au premier coup d'oeil. – Chaque partie du second récit possède plutôt un aspect stéréotypique. Il est intéressant que le mur de brique, utilisé semble-t-il comme protection ou cachette dans le rêve, n'apparaisse plus ensuite. Les impressions imagées complémentaires qui surgissent spontanément s'écroulent sous l'effet de l'hypnose. Sous l'effet de la régression, rien n'apparaît qui puisse expliquer, par exemple, que le jeune homme soit parvenu    s'échapper et qu'il se soit caché en un lieu, dans une briqueterie ou quelque chose de semblable. Il surgit plutôt une sorte de rupture, et l'impression d'authenticité de la seconde partie se trouve amoindrie de surcroît.
Les phénomènes de stéréotypes, de reproductions imagées sont un moyen utilisé par les esprits ahrimaniens. Et des situations où la conscience humaine est assourdie ou troublée, comme dans l'hypnose, sont des points d'intervention de ces esprits. – Ahriman, allié    Lucifer, a un intérêt éminent    ne pas laisser l'être humain parvenir    d'authentiques imaginations, mais    faire pénétrer dans l'âme des impressions fausses.
“Mais lorsqu'il existe une avidité particulière,    entrer dans le monde spirituel, alors il arrive que quelque chose y entre vraiment, comme une friandise que l'on goûte, que l'on grignote. Et ce que l'on a ainsi mangé par friandise, Ahriman lui donne de la consistance et ensuite quelque chose pénètre la conscience humaine qui ne peut pas encore y être. L'homme fait ensuite l'expérience de ce qu'il a goûté ainsi par gourmandise au monde spirituel, dans un état condensé, qui s'oppose    lui sous l'apparence de copies d'impressions physiques. Bref, il a des hallucinations, des illusions, il croit se tenir devant le monde spirituel, parce qu'il a pénétré jusqu'au petit gardien du seuil, mais il ne l'a pas dépassé, car il a été rejeté du monde spirituel avec sa propre gourmandise (   vouloir y croquer dedans). Et ce qu'il a ainsi croqué par gourmandise, se condense ensuite et peut absolument contenir d'authentiques images du monde spirituel, mais ne renferme pas ce qui est le plus important, et ce par quoi l'âme peut avoir une conception claire de la vérité et de la valeur de ce qu'elle voit.” (2)
Considérons encore un troisième exemple; Une femme du Minnesota, Gershom l'appelle Irène, avait des impressions non sensibles et nettes d'une événement biographique survenu pendant l'Holocauste. Pendant un voyage en automobile, et pour un motif inconnu d'elle, des souvenirs affreux lui revinrent soudainement en conscience. Elle se vit contrainte de quitter la rue, de garer son véhicule    côté des voies de chemin de fer et de s'abandonner    la souffrance et au bouleversement qui montaient en elle. Elle vit d'abord des foules d'être humains près des voies, qui s'y déplaçaient, qui se regroupaient et se trouvaient ensuite séparés les uns des autres. – C'était comme si elle se déplaçait elle-même entre le présent et cette époque passée. – Puis elle se vit tout    coup elle-même, jeune de moins de vingt ans, dans un état de désespoir et d'oppression énormes. Un homme plus âgé s'adresse    elle avec ces mots: “N'oublie pas, n'oublie pas, ce qui est arrivé ici.”  Et il ajoute avec tendresse “Yosef, Yosef, Yosef” . – Irène, qui n'avait aucun pressentiment de la manière dont cela s'écrivait et se prononçait en allemand ou en langue hébraïque, l'épelait “Y-o-s-e-f” (3), lorsqu'elle rédigea son histoire. Cela forma le début d'une série de souvenirs de ce type pour elle. – Dans une autre expérience imagée intime, elle vit de nouveau une foule d'êtres humains qui étaient enfermés dans une salle de douche, après avoir dû se déshabiller avant. Les portes furent fermées et la salle fut “full of death” , “remplie de mort”  – selon son indication originale.
Irène n'avait aucune représentation qu'il devait s'agir d'une chambre    gaz dans son récit. Cela ne lui était pas venu    la conscience. Elle décrivait ce qu'elle “voyait” . Un détail insignifiant vint s'ajouter    son récit. Elle racontait que, bien qu'elle n'était pas mariée, elle avait toujours eu le sentiment qu'elle devait être mariée, et portait donc avec certitude un anneau    un doigt de sa main droite. Elle ne savait pas que lors de la cérémonie du mariage juif, l'anneau nuptial est passé par le fiancé    l'index droit de la fiancée et non    l'annulaire de la main gauche. La fiancée choisit ensuite elle-même l'endroit où elle désire le porter.
Bien qu'il ne veuille pas comprendre ce qui vient d'être publié comme s'agissant expressément d'une étude scientifique – faute de méthodes et de fondements adéquats –, Gershom pense pouvoir indiquer une série de critères, qui ont résulté des entretiens avec ceux qui sont venus le voir, devenus nombreux entre temps, pour lui raconter des impressions de ce genre. Plus la fréquence de ces critères est élevée dans chaque cas, plus la vraisemblance est grande, selon l'auteur, pour affirmer qu'il s'agit d'un cas authentique de réincarnation. En voici quelques-uns parmi les neuf en tout:
– Cauchemars pendant l'enfance, phobies et phénomènes semblables qui se rapportent    l'extermination d'êtres humains.
– Comportements et habitudes de nature formelle et contraignante chez les non-Juifs, qui semblent avoir en quelque sorte leur origine dans les coutumes et rites juifs.
– La forte sensation de ne pas appartenir    sa propre famille, dans laquelle on se sent étranger.
– Naissances pendant les années du "baby-boom" (   la fin des années 40 et dans les années 50) et (selon le cas presque) mort apparente pendant l'accouchement.
– Asthme ou selon le cas gène respiratoire ou tendance    la bronchite; anorexie et autres perturbations de l'alimentation.
– Relation intuitive extrême    l'Holocauste pendant l'enfance ou dans l'âge adulte, déclenchée le cas échéant par un événement en rapport.
Comme le souligne l'auteur, pour admettre un destin antérieur en relation avec l'Holocauste, la présence de plusieurs de ces symptômes est décisive chez les personnes concernées.
Il faut noter en plus ce qui suit: si nous suivons les considérations de Rudolf Steiner sur le Karma, nous sommes nettement renvoyés aux lois qui reposent    la base de la formation du destin. L'amour dans une vie terrestre se transforme ainsi dans la suivante en compréhension pour ce qui nous entoure. L'absence d'intérêt forme la base d'organes malades dans la vie suivante. Et donc lorsque dans une vie se présente un fait psychique donné A, il se transforme après la mort et réapparaît dans la vie suivante en tant que fait psychique ou physique B. Gershom agit semble-t-il d'une façon tout    fait analogue, en découvrant toute une série de caractéristiques, il conclut rétrospectivement: si le fait B se présente, la vraisemblance est plus grande d'avoir été précédé par un fait A.
Il ne considère pas seulement des caractéristiques psychiques ou corporelles particulières, dont il décrit les séries de métamorphose, mais il regroupe et dresse quasiment un catalogue de propriétés et déclare: Si celles-ci existent, alors leur porteur est une victime réincarnée de l'Holocauste avec telle ou telle plausibilité. Donc: si au moins trois    cinq caractéristiques découvertes par lui existent chez une personnalité, qui peut en outre produire des impressions imagées du moment et des événements de l'Holocauste, alors la probabilité d'avoir une incarnation    cette époque s'élève    70%. Pour sept de ces caractères, cette probabilité s'élève    80% etc. Cette manière de procédé perd complètement le caractère individuel de l'investigation,    l'opposé des exposés exemplaires de Rudolf Steiner. La conclusion générale se laisse tirer tout aussi rigoureusement: des personnalités, qui sont pourvues des caractères recensés ont une prédisposition plus ou moins élevée, selon le nombre des propriétés,    la clairvoyance ou    une sensibilité particulière, ou selon le cas des tendances morbides ou des représentations formelles d'auto-persécution sur leur propre passé. – je ne veux pas imputer    Gershom    présent, une façon de procéder dans le jugement des 250 rencontres auxquelles il se réfère dans son livre. Le danger, qui consiste    s'adonner    une généralisation de la formation du jugement sur un Karma et une réincarnation individuels en se servant de moyens et de clef statistiques, lui échappe tout    fait clairement. Les relations de nature individuelle du Karma ne se laissent pas appréhender par ce genre de statistiques, qui ne peuvent être utilisées, dans le meilleur des cas, que comme des repères dans le destin des groupes humains.
Une “recherche scientifique-statistique sur le Karma”  de cette sorte sert de support    la manière d'agir du “seigneur de l'illusion”  et devrait mener    des jugements complètement erronés et    des erreurs gigantesques sur les réalités des rapports karmiques.
La pensée tâtonnante de Gershom
Après cette remarque méthodologique indispensable, tournons-nous encore une fois vers les exposés du rabbin Gershom. – Comment comprend-il lui-même ces phénomènes rassemblés et racontés par lui?
Il insiste lui-même sur le fait qu'il n'est ni scientifique, ni psychologue, mais conseiller spirituel et pasteur (prenant soin des âmes, N.D.T.). Avec cet arrière-plan et les conceptions correspondantes, il se met au travail. Il s'agit pour lui d'aides, pour aborder le développement personnel, psycho-spirituel des personnes. Il s'efforce de comprendre et d'expliquer les expériences qui lui sont rapportées dans le cadre idéel de la foi juive, de la Kabbale et de la formation des concepts, en les appuyant et en les complétant aussi, par exemple, avec le résultat de son étude des communications d'Edgar Gayce. Sa manière d'amener les choses par une formation non-dogmatique du jugement, affranchie et pourtant décidée, laisse une impression sympathique. Sa manière de procéder est empirique.
Une bonne partie de son livre traite de la question de savoir si l'idée de la réincarnation peut être fondée et expliquée dans le contexte juif. Comme ce thème nécessiterait un exposé particulièrement détaillé, pour être traité de manière convenable, je vais renoncer    entrer dans les détails des développements étendus de Gershom. Il me semble important de mentionner en tout cas que l'idée de Karma et de réincarnation a aussi sa place dans le judaïsme et y est ancrée de tout temps. Cela ne signifie pas que le judaïsme moderne réformé, selon le cas conservateur, et même une grande partie du judaïsme orthodoxe – comme c'est le cas aussi notoirement pour les grandes confessions chrétiennes – s'accorderaient avec cette idée. C'est la raison pour laquelle, il peut être tout    fait étonnant, voire déroutant, pour les croyants d'apprendre que leur propre religion a conçu l'idée de la réincarnation pendant un certain temps comme absolument naturelle, et que c'est encore le cas chez quelques frères aujourd'hui. Yonassan Gershom est fondamentalement et fermement convaincu de l'idée du Karma et de la réincarnation, en tant que faits spirituels. Malgré cela et en référence avec les faits décrits dans son livre, il est intéressé    la prouver,    aller au fond des hypothèses et    l'explorer.
Quelques cas qui lui ont été amenés n'ont pas trouvé d'accueil dans sa publication, puisqu'ils n'étaient pas assez expressifs et évidents pour lui, ou selon le cas qu'ils semblaient surgir d'imaginations fantaisistes. Il exprime entre autre son point de vue actuel au sujet des expériences qui lui sont communiquées de la manière suivante:
“Je me suis toujours interrogé sur la façon de décider si une description ou une autre pouvait être comprise comme un cas authentique de réincarnation. Ma réponse est qu'il n'en existe pas d'évidente    ce sujet. – Les personnes concernées pourraient-elles inventer ce qu'elles décrivent? Oui, elle le pourraient. Elles pourraient aussi avoir des hallucinations ou bien d'adonner aux imaginations morbides... Mais pour ceux qui vivent ces "flashbacks", ils sont absolument réels et je considère comme relevant de ma responsabilité, en tant que maître et conseiller spirituel, de respecter cela et de prendre au sérieux mon interlocuteur.” (4)
Gershom allègue comme une possibilité de compréhension pour certains cas, une déclaration du maître Soufi Hazrat Inayat Khan qui expose que des âmes qui traversent la sphère des Djinns (la sphère éthérique entourant la terre), sur le chemin de leur nouvelle incarnation, rencontrent d'autres "voyageurs" qui retournent vers leur patrie spirituelle et qu'ils apprennent beaucoup de choses estimables de ces âmes sur le retour. Khan écrit en outre: Si les âmes qui descendent sont fortement impressionnées par celles qui montent, au point de s'en imprégner en quelque sorte, alors, en arrivant sur la terre, elles auront la sensation d'avoir elles-mêmes vécues les impressions correspondantes.
La plupart des exemples décrits par Gershom sont impressionnants et touchants. Il est frappant de constater avec quelle intensité des expériences comme celles qui sont indiquées, éclatent brusquement; comme si la réalité du Karma et de la réincarnation devait être prouvée, en étant touchée du doigt pour ainsi dire. Et pour de plus en plus de contemporains, de pareilles expériences constituent de fait, actuellement, la preuve décisive du Karma et de la réincarnation.
Comment pouvons-nous donc comprendre maintenant ce qui est décrit par Gershom?
Comment cela se présente    nous lorsque, par exemple, nous tentons de le replacer dans le large contexte des connaissances de science spirituelle sur la vie de l'être humain entre la mort et une nouvelle naissance? – Ce laps de temps englobe, après le panorama de la vie des premiers jours, une expérience    rebours de la biographie terrestre qui,    elle seule, comprend le tiers tout rond du temps de la vie terrestre passée. Dans ce laps de temps, le Karma de la vie future commence    être arrangé. Chez les enfants qui meurent avant l'âge de sept ans, et tout particulièrement dans le laps de temps de la naissance    l'acquisition de la mémoire, ce temps peut être essentiellement raccourci.
Ensuite se déroule la traversée des sphères planétaires spirituelles, jusqu'   la nouvelle approche de la terre. Sur le chemin d'une nouvelle incarnation, les corps astral et éthérique sont attirés et formés. La partie médiane du processus événementiel qui suit la mort a lieu en dehors des mesures temporelles, dans la mesure où l'activité des hiérarchies n'est pas de nature temporelle. Pourtant elle requiert bien un temps minimum pour la déconstruction régulière de l'ancienne corporéité (le mot corporéité ne désigne pas uniquement ici, bien entendu le corps physique, mais tout aussi bien les corps astral et éthérique dont les éléments constitutifs sont d'origine astrale et cosmique respectivement. N.D.T.) et l'édification de la nouvelle, pour autant que l'être humain lui-même prend part    ses événements après la mort et avant la nouvelle naissance. On peut    présent s'interroger pour savoir si particulièrement les enfants qui périssent pour des raisons qui se trouvent en dehors de leur destin personnel, ne se trouvent pas disposer    une nouvelle incarnation aussitôt après leur mort, car il est effectivement fondé dans leur destin, dans le temps dans lequel leur vie a pris fin prématurément, de passer par une incarnation sur la terre. Abstraction faite de la problématique amorcée par les possibilités temporelles, se pose la question du contexte terrestre dans lequel se trouvent les personnes concernées. Le contexte donné du peuple, de la culture et de la religion juive, dans l'incarnation interrompue violemment, mais aussi des parents déterminés par le Karma, ne se trouvent plus    disposition d'une manière quasi régulière. Une situation d'exception apparaît ainsi pour beaucoup d'âmes, comme on doit bien l'admettre.
Arrive-t-il dans de telles situations, comme le rabbin Gershom le pense, que les âmes qui se rapprochent    nouveau de la terre “prennent possession du meilleur corps possible” , pour s'incarner dans tous les cas? On ne peut naturellement pas parler de cela dans un sens aussi banal. La corporéité qui se forme    proximité de la terre et celle qui lui est reliée, la corporéité physique qui prend naissance dans le sein maternel sont préparées et prédisposées l'une    l'autre depuis longtemps, si les circonstances s'y prêtent, par les âmes qui se disposent    s'incarner. Ces corporéités ne sont, pour cette raison, en aucun cas “disponibles”  pour d'autres âmes.
La situation historique qui a résulté est complètement inhabituelle, elle devrait être singulière. Des relations karmiques de millions d'être humains ont été complètement bouleversées par un acte criminel dans une situation sans pareil, le cas échéant, déchirées et interrompues. – Comment les personnes concernées, en partant une fois de l'acceptation que ce serait effectivement dans maints cas, celles qui quelques années plus tard sont déj   revenues dans des circonstances humaines et culturelles tout autres, comment ces personnes ont-elles, dans des conditions aussi difficiles de ce genre, formé et trouvé des circonstances terrestres dans lesquelles elles pouvaient se réincarner? Pour pouvoir répondre    une question de ce type, on doit également partir de faits inhabituels et extraordinaires des entités hiérarchiques, puisque les lois du karma valables dans le “cas normal”  sont largement effacées au profit d'événements et de circonstances spirituelles absolument inhabituels.
Si on tente seulement de prendre en considération la manière dont les retrouvailles des enfants et des parents et les conditions karmiques régulières ont lieu, alors on satisfait    l'hypothèse qu'il s'agit effectivement de victimes de l'Holocauste réincarnées avec d'emblée des problèmes semblant insolubles. Et pourtant les exemples se présentent bien dans toute leur plausibilité et leurs détails bouleversants.
Avec l'arrière-plan de ce qui est rapporté, on doit finalement regarder dans une direction dans laquelle des points de vue peuvent être découverts permettant de compléter ce qui a été dit jusque maintenant.
Ne se pourrait-il pas que dans la sphère éthérique autour de la terre, dans ce monde situé entre la terre et la lune, dans lequel, au sein de l'éther cosmique, les pensées du monde sont domiciliées, et où les corps éthériques des défunts se dissolvent quelques jours après la mort, que dans cette sphère d'innombrables âmes humaines, qui s'apprêtaient    s'incarner, se sont heurtées aux images éthériques chargées de souffrance de ceux qui ont péri sur la terre de manière aussi atroce? De telles images ne pouvaient-elles pas profondément marquer ceux qui descendaient, au point que quelques-uns d'entre eux, sous des circonstances particulières, les aient emmenées pour ainsi dire et soient capables ensuite de s'en souvenir après la naissance?
Ne pourrait-il pas arriver même que, pendant les années quarante et cinquante, quelque chose se soit produit entre beaucoup de ceux qui s'incarnaient et ceux qui quittaient la terre, comme une sorte de rencontre et de compréhension dans les sphères suprasensibles; un rassemblement suprasensible valant pour le présent et le futur de l'être humain, une communication et une compréhension réciproques sur les buts terrestres    venir – eu égards au viol profond et    l'avilissement de tels buts et idéaux?
Car, que quelque chose de ces perspectives et objectifs, qui avaient été conçus dans le monde suprasensible par d'innombrables personnes descendant vers l'incarnation, ait commencé    trouver un accès peu après dans les événements terrestres, cela n'est que trop évident. Yonassan Gershom attire aussi l'attention sur les tendances et les mouvements des années soixante en faveur des Droits de l'Homme, des droits de la femme, du désarmement, de la paix, de perte de l'autorité et pour une autre manière de traiter la nature et l'environnement.
Il faut aussi chercher dans cette direction, il me semble, si on veut commencer    comprendre l'événement général des années épouvantables de ce siècle et ses conséquences dans l'immense contexte suprasensible.
Ce qui est indiqué n'exclue en aucun cas le fait que maintes personnes qui périrent dans les années de la terreur nazie, soient déj   réincarnées parmi nous et aient atteint l'âge adulte en étant en mesure de se rappeler des scènes et des événements poignants de leur vie de ce temps. Ici aussi, il s'agit de rechercher les conditions et les arrière-plans par lesquels de quelque chose de tel ait pu éventuellement arriver.
Si nous nous préoccupons de l'étude de Yonassan Gershom et que nous nous interrogeons pour savoir si des victimes de l'Holocauste sont réincarnées aujourd'hui, le problème et l'importance de la propre fonction du rabbin Gershom se posent aussi inéluctablement    nous comme une réponse    cette question.
Nous sommes alors renvoyés    la révélation d'un rêve qu'il restitue dans son livre et dans lequel existe aussi une possibilité de compréhension de tout ce qu'il nous décrit:    savoir pour se comprendre lui-même et comprendre ces personnes qui se sont tournées vers lui, avec leurs expériences intimes, comme des individualités liées par des liens karmiques très profonds, se retrouvant et se reliant aujourd'hui de nouveau.
Lors d'un phase d'accablement extrême et d'épuisement moral    cause des descriptions bouleversantes de ses interlocuteurs, Gershom s'est demandé pourquoi c'est précisément    lui qu'il incombe de saisir maintenant le thème de la réincarnation et de l'Holocauste et de prendre sur lui cette tâche oppressante qui en résulte.
“Lors d'une de ces nuits, je rêvais que j'étais un jeune Juif hassidique, âgé de 8 ou 9 ans, qui vivait quelque part en Europe de l'Est. Les Juifs du village s'étaient rassemblés et ils pouvaient entendre le vacarme des combats dans le lointain. Mon père était le rabbin du lieu et tentait de réconforter les gens. Bien qu'ils soient près de mourir, expliqua-t-il, ils ne devaient pas avoir peur, car le corps de l'homme n'est qu'un vêtement. L'âme, dit-il, vit éternellement et elle reviendra sur terre un jour dans un nouveau vêtement. Il ajouta ensuite avec tristesse qu'il y avait sans doute un problème. Pendant beaucoup d'incarnations, leurs âmes étaient revenues régulièrement dans ce village, pour y naître comme petit-fils et petites-filles. Cette fois pourtant, le village sera rasé et personne ne survivra pour mettre de nouveaux corps    la disposition de leurs âmes. Jamais plus ils ne pourront revenir    cet endroit. C'est pourquoi ils resteront séparés dans leur prochaine vie. Comment devront-ils pouvoir se reconnaître et se retrouver?
Il fut décidé de tirer    la courte paille. La personne désignée de cette manière se réincarnera immédiatement et regardera autour d'elle pour trouver un lieu où ils pourront se réincarner ensemble. La personne en question devait se tenir comme un "signe de lumière spirituelle”     la disposition des autres âmes qui voulaient le chercher. On espérait de cette manière qu'ils ne se perdraient pas les uns les autres    l'avenir.
Les Juifs prononcèrent ensemble une prière solennelle, et chacun tira sa paille, tandis que le bruit des combats se rapprochait davantage. Soudain chacun eut le souffle coupé... je... tenai la paille la plus courte    la main! Au même moment, alors que je commençai    protester contre la décision – j'étais trop jeune et je ne savais pas comment je devrais me comporter –, les nazis entrèrent dans le village et commencèrent    ouvrir le feu au hasard. – c'est alors que je m'éveillai.” (5)
Les traductions allemandes des passages du livre sont de l'auteur de cet article
Das Goetheanum
Wochenschrift für Anthroposophie
N°14/15, 16 juillet 1995
Notes:
(1) Une traduction allemande doit paraître    partir de Pâques 1996 aux  Éditions 2001.
(2) Rudolf Steiner, Les mystères du seuil, Dornach 1982, page 139 et suiv.
(3) "Yosef" est l'orthographe hébraïque pour l'anglais "Joseph"; comparée avec la prononciation anglaise, l'orthographe allemande correspond    l'orthographe hébraïque.
(4) Yonassan Gershom, Au-del   des cendres – cas de réincarnation de victimes de l'Holocauste , A.R.E. Press, Virginia Beach, Virginia USA, 1992, page 37.(Titre traduit de l'anglais; le livre n'est naturellement pas traduit en français. N.D.T.)
(5) À l'endroit cité précédemment, Page 18 et suiv.

Offline

 

Board footer

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson